Le président dans Valeurs Actuelles : "Je pense à tous ceux qui ont voté pour E. Macron et qui découvrent qu'en fait, ils avaient voté pour N. Sarkozy"

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Audrey Pulvar, candidate aux municipales à Paris sur la liste Paris en commun, se dit "estomaquée" par le choix d'un journal "d'extrême droite", "misogyne", "condamné pour incitation à la haine raciale" et "climato sceptique".

Invitée de franceinfo, samedi 2 novembre, Audrey Pulvar, candidate Paris en Commun aux municipales à Paris, s'est dit "estomaquée" par l'interview donnée par Emmanuel Macron à Valeurs actuelles. Dans cet entretien de 12 pages paru jeudi, Emmanuel Macron est longuement revenu sur les sujets de l'islam, de l'immigration, du communautarisme.

"Je comprends mal pourquoi le président de la République donne une telle résonance à un journal qui est un journal d'extrême droite, qui est un journal misogyne, qui a été condamné pour incitation à la haine raciale. Un journal d'un climato scepticisme tellement caricatural qu'il en devient risible."

C'est un journal, on le sait, qui attise les haines.

Audrey Pulvar

à franceinfo

L'ancienne journaliste soutient Anne Hidalgo pour les prochaines municipales à Paris. "Je pense à tous ceux qui ont voté pour Emmanuel Macron et qui découvrent qu'en fait, ils avaient voté pour Nicolas Sarkozy. Les masques tombent", a-t-elle jugé.

Le président doit parler à tout le monde, ont justifié les proches d'Emmanuel Macron. "Dans ce cas-là, il peut aussi donner une interview à Minute ou à d'autres journaux estampillés d'extrême droite. Ce n'est pas en légitimant les idées du Rassemblement national qu'il va affaiblir le Rassemblement national. Nicolas Sarkozy a essayé. Ça a marché en 2007, ça a moins marché en 2012", a asséné Audrey Pulvar.

Vous êtes à nouveau en ligne