Le FN dénonce une "entorse à la démocratie" après l'appel du président de l'université Bretagne Sud à voter Macron

Université de Bretagne Sud, campus de Lorient.
Université de Bretagne Sud, campus de Lorient. (MAXPPP)

Le président de l'université Bretagne Sud, Jean Peeters, appelle à voter pour Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle. Une position qui fait réagir le Front national.

"Dimanche, j’irai voter et je choisirai Emmanuel Macron. Je vous invite à faire de même" : c'est par ces mots que Jean Peeters, président de l'université Bretagne Sud, conclut un mail adressé aux étudiants, professeurs et salariés de la faculté, rapporte France Bleu Breizh Izel qui publie ce document.

"Conscient de sortir de la réserve à laquelle [il s'astreint] en tant que président de l'université Bretagne Sud", Jean Peeters explique que la situation lui impose de prendre parti : "Deux dangers nous guettent, affirme-t-il. Le premier est celui de l'abstention et du vote blanc." Le président de l'Université Bretagne Sud estime que "ne pas choisir (...) c'est renoncer à s'engager". "Le second tient aux choix qui nous sont offerts", poursuit-il avant de conclure : "Je ne veux pas laisser d'autres choisir à ma place ce que doit être notre pays. Je ne veux pas non plus que ce qui fait notre République – liberté, égalité, fraternité, justice – soit mis en péril. Alors, dimanche, j’irai voter et je choisirai Emmanuel Macron. Je vous invite à faire de même".

Le FN dénonce une "entorse à la démocratie"

"C'est une entorse à la démocratie et au devoir de réserve" a répondu Odile de Mellon, la patronne du FN dans les Côtes d'Armor, sur France Bleu Breizh Izel. "Je crois que c'est incroyable et d'ailleurs, (...) j'ai reçu plusieurs lettres d'élèves qui sont complètement choqués. On a le droit de voter autre chose qu'Emmanuel Macron ?", demande-t-elle.

Le 27 avril, la Conférence des présidents d'université avaient appelé "à voter contre" Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle. Un certain nombre de présidents d'université ont, comme Jean Peeters, adressé un mail aux étudiants et enseignants. Depuis, en leur nom propre, plusieurs présidents s'expriment ainsi, appelant leurs étudiants soit à voter contre le Front national, soit en faveur d'Emmanuel Macron : les présidents de l'Université de Bourgogne, de Bretagne Occidentale, d'Angers, de Poitiers et de Paris-Descartes. Jean-Michel Blanquer, directeur général de l'Essec, une école de commerce, a aussi envoyé une tribune à ses étudiants, mercredi, leur disant que l'école ne doit pas uniquement leur assurer "un avenir professionnel brillant, mais aussi les faire contribuer à un monde meilleur"