Le cri d’alerte d’une PME au nouveau président

Une PME française a posté sur Facebook un message pour alerter le président de la République sur le sort réservé à ces petites et moyennes entreprises.

« Un président est censé être le père d’une nation comme moi le père de mon entreprise. Quand arrive la fin du mois, ma fiche de paie est la dernière à sortir. Je paie mes salariés avant moi et je m’endetterai pour qu’ils aient leur solde de tout compte, si un jour je faisais faillite. Monsieur et Madame les politiciens, les oligarques, prenez exemple ». Voici le contenu d’une lettre postée sur Facebook le 2 mai dernier par la société plombier.com. Entre les deux tours, cette PME lançait un cri d’alerte au futur président. « On vous invite, Madame ou Monsieur le président, à faire attention à cette France qui est en rupture avec la vie. Quand ils craqueront il sera trop tard », poursuit la lettre.

Ne pas travailler pour rien

Après le second tour, les équipes de franceinfo sont allés voir le patron et les salariés de cette PME pour savoir ce qu’ils attendent d’Emmanuel Macron. « Ce qui plombe aujourd’hui les PME, ce sont les charges. Si une entreprise ne fait que travailler, et qu’à la fin il ne reste pas grand-chose parce que les charges ont tout pris, à un moment donné on travaille pour rien », explique Yoni Lellouche, gérant de plombier.com. « Mon patron est content de me payer à la fin du mois mais je ne trouve pas normal que lui ne se fasse pas payer, qu’il ne prenne rien », considère Saber Khoudja, plombier-chauffagiste de l’entreprise.

Vous êtes à nouveau en ligne