"La politique africaine" d'Emmanuel Macron est "très pragmatique" : un ancien ambassadeur de France juge son ex-stagiaire de l'ENA

Emmanuel Macron, le 23 juin 2018, lors d\'une conférence de presse avec le Premier ministre Espagnol. 
Emmanuel Macron, le 23 juin 2018, lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre Espagnol.  (THIBAULT CAMUS / POOL)

En tournée africaine pour trois jours, Emmanuel Macron se rend mardi 3 juillet au Nigéria. Un pays qu'il connaît bien puisqu'il y a passé six mois comme stagiaire de l'ENA, avec pour maître de stage Jean-Marc Simon, figure de la diplomatie française.

Dans sa demeure bourgeoise du centre historique de Senlis dans l'Oise, Jean-Marc Simon, 71 ans, vit loin de l'Afrique où il a occupé tant de postes de diplomate. Chemise légèrement ouverte, il reçoit dans son bureau où se trouvent des souvenirs de ses séjours africains. Il y a des photos, des peintures accrochées au mur, et même deux défenses d'éléphants. "C'est défendu, ça", sourit-il. 

Un stagiaire nommé Emmanuel Macron 

L'ancien ambassadeur fait partie de la délégation de l'Élysée qui se rend au Nigéria mardi 3 juillet. Mais en 2002, Jean-Marc Simon est ambassadeur au Nigéria quand il accueille Emmanuel Macron pour son stage de l'ENA. "Il avait eu, si je me souviens bien, le choix entre plusieurs possibilités. C'est l'Afrique, et le Nigéria qu'il avait choisis, parce que c'est un grand pays avec un énorme potentiel en dehors de notre zone d'influence tradtionnelle", raconte-t-il. Jean-Marc Simon lui demande de passer par tous les services de l'ambassade à Abuja. "Je me plaisais à dire sous forme de boutade, qu'au fond, j'aurais pu me passer de tous mes collaborateurs, du premier conseiller au chauffeur, et n'en garder qu'un seul : Emmanuel Macron. Il aurait fait tout, tout seul et très bien."

"N'allez pas chez les socialistes"

Le futur président confie à l'époque à son aîné, un homme de droite, ses envies de politique. "Je lui avais demandé :'Mais où souhaiteriez-vous aller ? Sous quelles couleurs ?' Il m'avait dit : 'Je suis assez attiré par les socialistes'. Et je lui avait dit 'Comment ? Mais pas du tout, n'allez pas avec les socialistes ! C'est ringard !' et puis c'est ce qu'il a fait, ça lui a bien réussi", conclut l'ancien ambassadeur.

Jean Marc Simon ne s'en cache pas, il admire Emmanuel Macron. Il n'en dit presque jamais de mal et apprécie sa vision de l'Afrique. "Cette politique africaine est très pragmatique. Il n'y a pas de leçon donnée, contrairement à ce qui a pu se passer à d'autres époques. Il n'y a ni complaisance, ni invective. Il y a des régimes, des chefs d'État qui sont certainement un peu moins présentables, on les voit moins... on les voit quand même !" L'ancien ambassadeur rit des présidents français qui ont promis des ruptures avec l'Afrique. "Il n'y a pas de ruptures, il ne peut pas y avoir de ruptures et on le voit bien avec ce problème d'immigration qui occupe l'Europe aujourd'hui."

Il faut avoir une politique africaine, et tout montre qu'Emmanuel Macron l'a bien comprisJean-Marc Simonà franceinfo

L'ancien ambassadeur au Nigéria se dit très honoré d'être convié à ce voyage par Emmanuel Macron, avec qui il échange encore parfois des textos. Presque toujours la nuit, précise-t-il.

Un ancien ambassadeur raconte ses souvenirs d'Emmanuel Macron, son ancien stagiaire de l'ENA. Reportage de Franck Mathevon
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne