Emmanuel Macron pourrait être un président "à la détermination étonnante", selon sa biographe Anne Fulda

franceinfo

Anne Fulda, journaliste et auteure de "Emmanuel Macron un jeune homme si parfait", revient sur la personnalité du nouveau président de la République.

Anne Fulda, journaliste au Figaro et auteure d'Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait (éditions Plon) était l'invitée de franceinfo lundi 8 mai. Elle estime que le nouveau président peut "montrer une détermination assez étonnante", "peut-être même pas loin d'un président autoritaire, avec une réserve, les moyens de sa politique", qui seront déterminés en fonction des résultats des élections législatives le mois prochain.

Emmanuel Macron, l'insaisissable

Pour la journaliste, deux principaux traits caractérisent Emmanuel Macron d'un côté le "fort désir de concilier, la peur presque panique de cliver, de ne pas voir la reconnaissance dans le regard de l'autre, le besoin d'être aimé". De l'autre, "la possibilité à certains moments de sa vie de trancher, voire de transgresser de façon très claire".

C'est là sa principale différence avec François Hollande, selon Anne Fulda, "même si certains considèrent qu'il y a des similitudes dans leur caractère". Ainsi, tout comme François Hollande, Emmanuel Macron a une "façade très affable, aimable, qui cache une vraie détermination", détaille Anne Fulda, "un tempérament qui est atteint par peu de choses". Ce que sa femme Brigitte Macron résume en disant que "c'est quelqu'un qui n'a besoin de personne, rapporte Anne Fulda. Et dans le périmètre duquel il est impossible de rentrer. Il y a quelque chose d'insaissable chez lui".

Emmanuel Macron, la "continuité" de Valéry Giscard d'Estaing ?

C'est la comparaison qu'ose Anne Fulda. D'abord parce que le président le plus jeune de la Ve République, avant l'élection d'Emmanuel Macron, c'était Valéry Giscard d'Estaing. Il avait 48 ans lorsqu'il est entré à l'Élysée en 1974. À cette époque, Valéry Giscard d'Estaing était aussi "le symbole de la jeunesse et de la modernité", celui qui avait "tourné la page du gaullisme". "On va voir si Emmanuel Macron va endosser cela".