Emmanuel Macron et Edouard Philippe utilisent une application pour évaluer les ministres (et estiment que c'est normal)

Emmanuel Macron, alors ministre de l\'Economie, le 1er septembre 2014 à l\'Elysée.
Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, le 1er septembre 2014 à l'Elysée. (PHILIPPE WOJAZER / AFP)

Cet outil permet à l'exécutif de surveiller de près la mise en œuvre des réformes menées dans chaque ministère.

Certains médias ont évoqué une application "secrète" qui place les ministres "sous surveillance"L'Elysée préfère parler de "tableau de suivi", Matignon d'"une appli". Un outil pour suivre en temps réel l'activité des ministres a été développé avant l'été par les services du Premier ministre, a appris franceinfo et France Télévisions lundi 16 septembre. Une manière pour le président, qui se plaint régulièrement du délai entre le vote d'une loi et sa mise en œuvre, de surveiller l'avancée de ses réformes.

A la base de cette application, des indicateurs, baptisés "objets de la vie quotidienne des Français", auquel ont accès tous les ministres, ainsi que les directeurs de cabinet et d'administration centrale. Une capture d'écran du tableau pour l'Education nationale, publiée par BFMTV, indique par exemple que le dédoublement des classes de CP-CE1 en réseau d'éducation prioritaire est rempli à 90%. Un indicateur global, nommé "taux d'exécution du plan de transformation", agrège l'avancée des réformes dans chaque ministère.

Un système pas si nouveau

"Ce sont les chefs de projet qui remplissent les indicateurs", précise une source proche du Premier ministre à France Télévisions. Cette opération se fait quotidiennement, dans chaque administration et chaque ministère. Ces indicateurs sont consultés à intervalles réguliers par le président et le Premier ministre, précise l'Elysée. Matignon évoque un besoin de "transparence" et un système comparable à ce qui a cours dans les grandes entreprises. Le palais présidentiel revendique, lui, un processus de management public parfaitement normal. Selon le service politique de franceinfo, cette application a été mise en place parce que le chef de l'Etat est effaré par la lenteur du processus entre la date d'annonce d'une réforme et sa date de mise en vigueur.

Ce système ne serait pas bien nouveau, à en croire Marylise Lebranchu. L'ancienne ministre de la Décentralisation, de la Fonction publique et de la Réforme de l'Etat assure sur Twitter qu'un tel "tableau de bord" existait déjà, sous une autre forme, durant le quinquennat de François Hollande.

Vous êtes à nouveau en ligne