Propos d'Erdogan sur Macron : "On est dans l'outrance et la grossièreté, on n'est plus dans la diplomatie", déplore Marlène Schiappa

Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d\'une conférence de presse à Istanbul, le 23 octobre 2020. 
Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'une conférence de presse à Istanbul, le 23 octobre 2020.  (CHINE NOUVELLE/SIPA / XINHUA / AFP)

Le président turc a de nouveau attaqué dimanche son homologue français, au lendemain de propos similaires ayant entraîné une vive réaction de Paris. 

Rien ne va plus entre la France et la Turquie. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a de nouveau attaqué son homologue français, dimanche 25 octobre. Il a accusé Emmanuel Macron d'être "obsédé par Erdogan jour et nuit" et a ajouté : "C'est un cas, et en conséquence, il a vraiment besoin de subir des examens (mentaux)." La veille, Recep Tayyip Erdogan avait tenu des propos similaires, critiquant l'attitude du président français Emmanuel Macron envers les musulmans après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine. "On est dans l'outrance et la grossièreté, on n'est plus dans la diplomatie", a estimé sur CNews dimanche Marlène Schiappa, ministre chargée de la Citoyenneté. Suivez notre direct.

 Erdogan met une première fois en doute "la santé mentale" de Macron. "Tout ce qu'on peut dire d'un chef d'Etat qui traite des millions de membres de communautés religieuses différentes de cette manière, c'est : allez d'abord faire des examens de santé mentale", a déclaré le dirigeant turc samedi, dans un discours télévisé. Recep Tayyip Erdogan régissait aux déclarations d'Emmanuel Macron après l'attentat contre l'enseignant Samuel Paty. Le président français a promis que la France ne renoncerait pas aux caricatures de Mahomet. 

 Un premier différend autour de la loi sur le séparatisme. Il y a deux semaines, Recep Tayyip Erdogan avait dénoncé comme une provocation les déclarations du président français sur le "séparatisme islamiste" et la nécessité de "structurer l'islam" en France. Un projet de loi sur la lutte contre "les séparatismes" en France, qui vise l'islam radical, doit être présenté début décembre. 

 De nombreux points de tension entre les deux dirigeants. Ce contentieux vient s'ajouter à une longue liste de désaccords entre Emmanuel Macron et son homologue turc, qui prend régulièrement la défense des minorités musulmanes dans le monde. Des tensions en Méditerranée au conflit en Libye, en passant par les affrontements au Karabakh, de nombreux dossiers opposent actuellement Paris et Ankara.

Vous êtes à nouveau en ligne