DIRECT. Passation de pouvoirs : "Je veux que ce ministère soit celui de l'écoute", déclare Sibeth Ndiaye, nouvelle porte-parole du gouvernement

La nouvelle porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, et son prédécesseur Benjamin Griveaux, lors de la passation de pouvoirs, le 1er avril 2019.
La nouvelle porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, et son prédécesseur Benjamin Griveaux, lors de la passation de pouvoirs, le 1er avril 2019. (THOMAS SAMSON / AFP)

Emmanuel Macron a fait entrer dimanche au gouvernement trois trentenaires choisis parmi ses plus fidèles : ses conseillers Sibeth Ndiaye et Cédric O, ainsi que la députée Amélie de Montchalin.

"Je souhaite que ce ministère soit ouvert. Ce ministère qui est bien souvent considéré comme celui de la parole, je veux d'abord qu'il soit celui de l'écoute", a déclaré Sibeth Ndiaye, nouvelle porte-parole du gouvernement, lundi 1er avril. Un gouvernement en forme de garde rapprochée du président Macron. Trois de ses fidèles intégrent l'équipe gouvernementale d'Edouard Philippe. Aux côtés de Sibeth Ndiaye qui succède à Benjamin Griveaux, Amélie de Montchalin, l'une des porte-voix les plus virulentes de la Macronie à l'Assemblée, prend le poste de secrétaire d'Etat aux Affaires européennes et Cédric O, conseiller de l'ombre du chef de l'Etat pour le numérique, remplace Mounir Mahjoubi comme secrétaire d'Etat au Numérique.

La "reconnaissance du travail accompli", selon l'Elysée. Sibeth Ndiaye, 39 ans, Amélie de Montchalin, 33 ans, et Cédric O, 36 ans, comptent parmi les plus proches d'Emmanuel Macron. Ce casting "est le choix de la reconnaissance du travail accompli", justifie un conseiller de l'exécutif. Amélie de Montchalin a joué un rôle-clé au sein du groupe majoritaire à l'Assemblée et sur les questions budgétaires. A l'Elysée, Sibeth Ndiaye et Cédric O ont démontré qu'ils avaient "la vision politique et la compétence pour prendre des responsabilités plus dans la lumière", souligne ce conseiller.

Des choix "techno" et "consanguins"L'opposition a immédiatement a critiqué des choix "consanguins" de fidèles de la Macronie, y voyant la preuve que le chef de l'Etat était isolé et n'avait d'autre choix que de puiser dans son carré de fidèles. "Pour son remaniement, Macron choisit deux conseillers sur trois postes. Encore un peu plus techno, encore plus éloigné du peuple, tel est le destin de ce gouvernement", a réagi Valérie Debord, porte-parole LR. "Cette mauvaise habitude de nommer ministres des conseillers de l'Elysée ... Comment affaiblir chaque jour davantage la légitimation électorale, ne rien comprendre à la crise de connexion avec les Français et éviter toute contradiction", a également dénoncé la sénatrice socialiste Marie-Pierre de La Gontrie.

Une première expérience pour les trois entrants. Il s'agit de la première expérience gouvernementale pour chacun des trois entrants. Deux d'entre eux, Cédric O et Sibeth Ndiaye, n'ont jamais été élus. Au total, dix membres du gouvernement ont quitté leurs fonctions depuis le début du quinquennat, une concentration de départs inédite en début de mandat. Parmi eux, on compte trois ministres d'Etat, François Bayrou, Nicolas Hulot et Gérard Collomb.

Vous êtes à nouveau en ligne