DIRECT. La Fête à Macron rassemble un peu moins de 40 000 manifestants à Paris, selon un décompte indépendant

Ce direct est terminé.

Le cabinet Occurence, chargé par un groupe de médias (dont franceinfo) d'effectuer un décompte indépendant, estime que 38 900 personnes ont pris part au défilé. 

Un chiffre "impressionnant". La France insoumise revendique 160 000 participants à la Fête à Macron, samedi 5 mai à Paris. La préfecture de police en compte 40 000. De son côté, le cabinet Occurence, chargé par un groupe d'une vingtaine de médias (dont franceinfo, Le Monde, Libération, Le Figaro, Europe 1, RTL et Mediapart) d'effectuer un décompte indépendant, estime que 38 900 personnes ont pris part au défilé. Suivez le rassemblement en direct avec franceinfo.

 Appel à une "marée humaine" le 26 mai. Jean-Luc Mélenchon a pris la parole lors du défilé, appelant à une nouvelle journée de mobilisation à la fin du mois. Le leader de La France insoumise a lancé : "Le 26 mai, par millions, déferlez, soyez la marée humaine qui change l'histoire !". 

 "Une ambiance carnavalesque". Les organisateurs de La Fête à Macron se félicitent de la réussite de la mobilisation qui a réuni plus de 100 000 personnes, selon eux, "dans une ambiance particulièrement festive et carnavalesque, sous les coups... de soleil !", peut-on lire dans leur communiqué.

 Une voiture de Radio France prise pour cible. Une quarantaine de personnes s'en sont pris au véhicule de Radio France stationné près de la place de la Bastille, et une vitre a été brisée. Il n'y a pas de blessé parmi les envoyés spéciaux de Radio France. La préfecture de police de Paris indique que les images de vidéosurveillance sont en train d'être étudiées, "à des fins judiciaires".

Forte mobilisation policière. Le préfet de police, Michel Delpuech, a annoncé que 2 000 policiers et gendarmes seraient déployés à Paris. Une décision conforme à la promesse du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, sous le feu des critiques après les destructions spectaculaires du 1er mai causées par quelque 1 200 black blocs. Gérard Collomb avait annoncé que les autorités feraient appel à "encore plus de forces de l'ordre lors des prochaines manifestations".

 Huit interpellations. Parmi elles, figure une personne soupçonnée d'avoir participé à la dégradation du car-régie de Radio France. Un autre individu a été placé en garde à vue dans le 5e arrondissement de Paris après des "contrôles préventifs", explique la préfecture de police de ParisDeux autres personnes ont été arrêtées pour port d'arme prohibé, de "l'outillage" considéré comme des armes par destination.  

Des manifestations dans plusieurs villes. Commencée en musique à Paris place de l'Opéra, avec un pique-nique-concert à partir de midi, la manifestation doit se terminer vers 20 heures avec un autre concert, place de la Bastille. D'autres manifestations se déroulent à Toulouse, Bordeaux, Strasbourg et Rennes.

Vous êtes à nouveau en ligne