DIRECT. Macron au Burkina Faso : "Je suis d'une génération qui ne vient pas dire à l'Afrique ce qu'elle doit faire"

Ce direct est terminé.

Le président de la République s’adresse, mardi, à la jeunesse depuis l’université de Ouagadougou. Des heurts ont éclaté avant son intervention dans la capitale burkinabée. 

Emmanuel Macron a atterri au Burkina Faso, mardi 28 novembre, première étape d'une tournée africaine qui le conduira mercredi en Côte d’Ivoire, puis au Ghana jeudi. Deux heures avant son arrivée, une attaque à la grenade a visé des soldats français à Ouagadougou, la capitale du pays. Le chef de l'Etat y prononce un discours très attendu devant les étudiants de l'université, que vous pouvez voir sur notre site franceinfo.fr. 

Un discours pour la jeunesse. Après un entretien avec le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, Emmanuel Macron s’adresse aux 800 étudiants de l'université de Ouagadougou. Il se prêtera ensuite au jeu des questions-réponses avec les étudiants. L'exercice, toujours délicat plus de cinquante ans après la décolonisation, est devenu ces dernières années une tradition en début de mandat pour les présidents français qui, de Nicolas Sarkozy à François Hollande, se sont engagés à moderniser la relation franco-africaine, avec plus ou moins de succès.

 Quelques heurts. Des manifestants ont dressé des barricades, et mis le feu à des pneus sur la voie menant à l'université où Emmanuel Macron a prononcé son discours. Scandant des slogans tel que "A bas l'exploitation de l'Afrique par l'Occident", les manifestants ont bloqué des véhicules qui se rendaient à l'intervention du président français. Les forces anti-émeutes ont dû intervenir, selon un journaliste de l'AFP.

Une attaque avant son arrivée. Déjà, lundi soir, deux heures avant l'arrivée d'Emmanuel Macron, des individus encagoulés à moto ont lancé une grenade contre un véhicule militaire français dans le nord de Ouagadougou. Ils n'ont pas atteint leur cible, mais ont blessé trois riverains, dont un grièvement. Encore non revendiquée, l'attaque s'est produite loin de l'aéroport et alors qu'un important dispositif sécuritaire avait été déployé dans le centre de la capitale.

Un sommet Europe-Afrique. Mercredi, Emmanuel Macron se rendra à Abidjan (Côte d'Ivoire), où se déroule le cinquième sommet Europe-Afrique. Il y retrouvera les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine et de l'Union européenne. Soit, au total, plus de 80 dirigeants des 55 pays africains et des 28 pays de l'UE.

17h34 : Après 1h45 de discours à Ouagadougou, Emmanuel Macron s'est prêté au jeu du questions-réponses avec des étudiants burkinabés. Il ne s'attendait peut-être pas à devoir jouer au modérateur.


(FRANCEINFO)

16h15 : Si vous n'avez pas suivi l'intégralité du discours et de la séquence de questions-réponses d'Emmanuel Macron à Ouagadougou (nous ne vous en voulons pas, cela a duré près de 3 heures), nous avons compilé les quatre séquences à retenir, en vidéo.

14h49 : La séance de questions-réponses entre Emmanuel Macron et les étudiants de l'université de Ouagadougou vire à une certaine pagaille, avec des protestations du public à chaque question posée, un président tutoyant les étudiants et qui tente maladroitement de rétablir le calme.


14h26 : Sur Twitter, le compte d'Emmanuel Macron a rendu compte en léger différé du discours tenu par le président de la République à l'université de Ouagadougou. Une phrase sur l'amitié entre la France et le Burkina, sortie de son contexte, a été détournée et gentiment moquée par des internautes.

14h09 : Voici la scène en question en vidéo :




14h06 : Curieuse scène lors de la séquence de questions-réponses entre Emmanuel Macron et des étudiants de l'université de Ouagadougou. Interpellé au sujet des coupures d'électricité au Burkina, le chef de l'Etat a répondu : "Vous me parlez comme si j'étais le président du Burkina ! Vous me parlez comme si j'étais toujours une puissance coloniale ! Mais je ne veux pas m'occuper de l'électricité du Burkina !" Le dirigeant burkinabé a brièvement quitté la salle, sans que l'on sache si le but était de créer un éventuel effet comique.

13h50 : Le chef de l'Etat se prête désormais à un jeu de questions-réponses avec des étudiants de l'université de Ouagadougou, que vous pouvez toujours suivre en direct. Quatre questions sont prévues. "Mais je veux bien en prendre une cinquième", prévient déjà Emmanuel Macron, visiblement motivé.

13h49 : Et c'est la fin (mais il fallait arrêter de manger pour tout suivre) ! Emmanuel Macron vient de terminer son discours devant l'université de Ouagadougou... après une heure et quarante-cinq minutes.

french mic GIF

13h45 : "Au moment de se retirer, je crois qu'il est de coutume ici au Burkina de demander la route. C'est ce que je vais faire en vous demandant non seulement la route, mais aussi la destination que nous devons prendre ensemble. Nous avons le choix entre l'envie de nous retrouver ou la tragédie de nous ignorer. Je vous propose non seulement de nous retrouver, mais de ne plus nous séparer."

13h43 : "Ce Français au pluriel que vous avez fait vivre, c'est celui là dont je suis fier. Allez avec une francophonie conquérante et je serai à vos côtés !"

13h39 : Le président de la République, qui s'exprime depuis bientôt 1h45, fait actuellement l'éloge de la francophonie, estimant que "l'avenir de la langue française se joue en Afrique."

13h36 : "Je souhaite que les JO 2024 montrent l'excellence sportive africaine. Je souhaite que l'Afrique puisse se doter des meilleures installations et que, dans le cadre des Jeux, nous puissions organiser les investissements."

Le chef de l'Etat évoque désormais la question du sport.

13h26 : "La France ne travaillera plus avec des entreprises qui proposent des milliards mais pas un euro pour les Africains et qui répètent les erreurs et parfois les crimes d'hier."

13h20 : "L'innovation est la seule révolution qui permettra à l'Afrique de créer les 450 millions d'emplois qui lui seront nécessaires dans les prochaines années."

13h14 : Un léger incident d'ordre technique a interrompu durant quelques secondes le discours d'Emmanuel Macron devant les étudiants burkinabés de l'université de Ougadougou. La réaction amusée du président de la République a été applaudie par l'assistance. Voici les images.


13h10 : Le chef de l'Etat évoque désormais le cas des étudiants africains venus étudier en France. Emmanuel Macron souhaite que ceux qui sont "diplômés en France puissent y revenir aussi souvent qu'ils le souhaitent grâce à des visas de circulation longue durée."

13h06 : "La France peut contribuer à changer le quotidien des coupures d'électricité, à rendre l'énergie plus accessible mais aussi plus propre. C'est un défi que nous devons réussir ensemble."

12h59 : "La démographie renvoie à des choix personnels dans lesquels personne ne doit s'immiscer. Mais elle doit être un choix, en particulier pour les jeunes filles." Emmanuel Macron évoque désormais la question de la maternité, qui doit être un "choix" pour les femmes africaines. "Chaque jeune fille, chaque femme, doit pouvoir choisir son destin dans nos sociétés."

13h00 : Un fort grondement s'est échappé de l'assistance quand Emmanuel Macron a évoqué des aides financières accordées par les institutions françaises aux jeunes femmes burkinabées scolarisées. "Rassurez-vous : cela ne concernera pas uniquement les jeunes filles", a-t-il souri, avant d'être finalement applaudi.

12h51 : "Je serai du côté de tous les chefs d'Etat qui feront le choix de la scolarisation obligatoire des jeunes filles."

12h48 : "Je veux parler à vos consciences. Vous pouvez être athées ou vous pouvez croire, mais ne laissez jamais la religion dans laquelle vous croyez vous convaincre qu'elle est une aventure de destruction de l'autre."

Le chef de l'Etat évoque maintenant la question de la religion et de l'extrémisme. "Il ne faut lui laisser aucun espace, en le combattant partout, au quotidien, dans les discours politiques ou dans l'action", ajoute-t-il.

12h44 : "En venant ici, je n'ai qu'une certitude : le changement, le renouveau générationnel, dans un continent comme l'Afrique, ce n'est pas une option, c'est une loi mathématique."

12h38 : "Nos deux pays ont été meurtris par le terrorisme islamiste. La France a été à vos côtés et je salue la décision de François Hollande d'intervenir au Mali. C'était la bonne décision. La France a été aux côtés de l'Afrique comme l'Afrique a été aux côtés de la France."

12h37 : Emmanuel Macron annonce qu'il proposera demain aux dirigeants européens une initiative pour évacuer les populations d'étrangers africains en danger en Libye.

12h42 : "Les drames qui se déroulent sous nos yeux en Libye sont un crime contre l'humanité", lance le chef de l'Etat en référence au fait qu'un grand nombre de migrants de passage dans le pays sont réduits en esclavage.

12h30 : "Je ne viens pas décréter seul une nouvelle relation, mais pour inventer une nouvelle amitié. Nous avons tout pour y arriver. (...) Il s'agit d'une amitié pour agir, et peser sur les grands enjeux du monde."

12h23 : Le chef de l'Etat liste les nombreux défis (changement climatique, dynamisation de l'économie...) qui se dressent selon lui devant la jeune génération du continent africain. "La solution ne viendra pas de l'extérieur, mais ne viendra pas non plus du statu quo, ni des vieilles recettes", ajoute le président.

12h18 : "Je serai du côté de ceux qui portent un regard lucide, qui considèrent que l'Afrique n'est ni un continent perdu, ni un continent sauvé. C'est ici que se télescopent tous les grands enjeux contemporains."

12h15 : " Je suis d'une génération qui ne vient pas dire à l'Afrique ce qu'elle doit faire. (...) Je suis d'une génération pour laquelle l'Afrique n'est ni un encombrant passé, ni un voisin comme les autres. (...) L'Afrique est gravée dans la mémoire française, son histoire, sa culture."

12h11 : "Je parlerai de l’Afrique comme un continent multiple, pluriel, fort où se joue notre avenir commun." #BURKINA

12h02 : Le président de l'université de Ouagadougou prend la parole en premier. Emmanuel Macron s'exprimera ensuite, face à 800 étudiants burkinabés.

(LUDOVIC MARIN / AFP)

12h03 : Emmanuel Macron prononce un discours à l'université de Ouagadougou, à l'occasion de sa première tournée en Afrique. Suivez son allocution en direct.

11h55 : Bonjour @Attaque. Le convoi présidentiel n'a pas été attaqué. Deux voitures de la délégation française (qui faisaient partie d'un autre convoi) ont été visées par des jets des pierres, sur le chemin de l'université où Emmanuel Macron doit s'exprimer. Selon les informations de France 2, il n'y a pas eu de tirs et l'incident n'a pas fait de blessé.

11h53 : Il semble que le convoi du Président de la République ait fait l'objet d'une attaque au Burkina Faso. Avez-vous des informations ?

Vous êtes à nouveau en ligne