Congé pour le deuil d'un enfant : après la polémique, le mea culpa du gouvernement

France 2

Jeudi 30 janvier, à l'Assemblée nationale, la majorité a refusé d'étendre de cinq à douze jours le congé pour le deuil d'un enfant. Face au tollé, Emmanuel Macron a réagi. Les députés LREM devraient modifier le texte.

Perdre son enfant, c'est ce qu'ont connu Tiana et Frédéric Onof il y a six ans. Leur bébé est décédé à l'âge de quatre mois lors d'une sieste à la crèche. Pour la perte d'un enfant, la loi ne prévoit que cinq jours de congé de deuil pour les parents. Un délai que proposaient de rallonger à douze jours des députés. Mais jeudi 30 janvier, le gouvernement a refusé cette proposition pour ne pas nuire à la santé des entreprises.

Des excuses de Muriel Pénicaud

Cette décision a provoqué un tollé immédiat chez les politiques. "Est-ce que ce gouvernement est encore capable de recevoir un signe de demande d'humanité ?", a ainsi réagi Ségolène Royal. Vendredi, Emmanuel Macron a rappelé le gouvernement à l'ordre en lui demandant "de faire preuve d'humanité". Samedi, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a présenté ses excuses et reconnu "une erreur collective". Après quarante-huit heures de cacophonie, les députés LREM se disent prêts à modifier le texte et à revoter rapidement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne