Présidentielle 2017 : la campagne de Macron à prix cassés ?

Lors de sa campagne, Emmanuel Macron aurait bénéficié de ristournes de la part d’entreprises, notamment pour la location de salles de meeting. Cela provoque un tollé dans l’opposition qui demande des explications.

Emmanuel Macron a-t-il bénéficié de ristournes conséquentes lors de sa campagne présidentielle ? Pour le gouvernement, les comptes ont été validés. Mais chez les opposants, l’information passe mal. Selon une enquête de Radio France, chiffres à l’appui, on apprend que l’équipe de Macron a payé 3 000 euros la location du théâtre Antoine en mars 2017, puis le même prix au théâtre Bobino un mois auparavant. Soit 75 % de moins que les tarifs en vigueur. Brigitte Macron avait d’ailleurs remercié le propriétaire des deux théâtres à l’époque. Jean-Marc Dumontet, directeur de Bobino, s’était clairement positionné en faveur du candidat.

Légal ?

Mais est-ce légal ? Oui selon la commission des comptes de campagne. "Les éléments de comparaison ne sont pas suffisamment probants (…) encore une fois, quand on loue deux espaces au lieu d’un et que les prestations annexes sont différentes dans les deux cas, les prix ne sont pas comparables", a fait remarquer François Logerot, président de la commission. À droite et à gauche, on n’accepte pas les explications. "De la collusion entre puissants", pour Clémentine Autain, députée de La France Insoumise. Le parti réclame une enquête judiciaire, en faisant remarquer qu'il en existe une en cours sur les comptes de Jean-Luc Mélenchon.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne