"Cars Macron" : l’UFC-Que Choisir assigne Ouibus et Flixbus en justice

L\'UFC-Que Choisir a assigné en justice deux des principaux acteurs des \"cars Macron\", Ouibus et Flixbus, leur reprochant des conditions générales \"abusives\" voire \"illicites\".
L'UFC-Que Choisir a assigné en justice deux des principaux acteurs des "cars Macron", Ouibus et Flixbus, leur reprochant des conditions générales "abusives" voire "illicites". (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Alors que les "cars Macron" font le plein à l’approche des vacances de Noël, l'UFC-Que Choisir a envoyé mardi une assignation en justice aux compagnies Flixbus et Ouibus, dénonçant des conditions générales de vente trop floues.

Les "cars Macron" font le plein à l'approche des vacances de Noël. Mais les voyageurs peuvent-ils pour autant vraiment prendre un Flixbus ou un Ouibus l'esprit tranquille ? Non, à en croire l'UFC-Que Choisir, qui a envoyé, mardi 12 décembre, une assignation en justice aux deux compagnies. L'association de consommateurs dénonce des conditions générales de vente trop floues.

Des correspondances pas toujours assurées

L'UFC Que Choisir reproche aux transporteurs d'avoir formulé plusieurs clauses qui écartent sa responsabilité en cas de dysfonctionnements, comme des changements d’horaires imprévus. Résultat : des horaires qui changent sans prévenir, des correspondances qui ne sont pas toujours assurées, avec des conséquences parfois lourdes pour les voyageurs. 

Cela peut être vraiment préjudiciable puisque la personne peut se retrouver seule sur un quai ou en pleine nature, là où elle n’avait pas forcément prévu qu’on vienne la chercher.Véronique Louis-Arcène, du département juridique de l'UFC-Que Choisir

Des clauses rédigées en anglais

En tout, l'UFC que Choisir a relevé 28 clauses abusives ou illicites chez Ouibus, 43 pour Flixbus. Parmi les clauses relevées chez le transporteur allemand, certaines ne sont pas toujours compréhensibles, puisqu’écrites en plusieurs langues. "On retrouve dans les conditions générales des paragraphes qui sont en allemand, ou en italien, déplore Véronique Louis Arcène. Il est même indiqué que certains documents peuvent être rédigés en langue anglaise." Or, "c’est un contrat conclu avec un voyageur français, dont il doit être écrit en langue française", rappelle l'UFC Que Choisir"

L'association avait déjà mis en demeure les trois transporteurs qui circulent en France, en juin. Seul Eurolines y a répondu. Pour les autres, l'UFC invite les voyageurs à être particulièrement vigilants pour leurs réservations de Noël. Flixbus a refusé de réagir avant d'avoir lu l'assignation. Ouibus, de son côté, n'a pas donné suite aux sollicitations de franceinfo.

Vous êtes à nouveau en ligne