Budgets : premiers arbitrages du gouvernement

France 3

Les arbitrages d'Édouard Philippe pour le budget de l'État en 2019 ont été révélés en partie dans un entretien au "JDD" ce 26 août.

Avec une croissance plus faible que prévu et un déficit qui se creuse, le gouvernement veut faire des économies, mais le Premier ministre tente de rassurer. "Aucune prestation sociale ne sera réduite", a-t-il déclaré ce 26 août dans le JDD. Mais certaines seront tout de même ralenties, comme les APL, les allocations familiales, et les pensions de retraite ne progresseront que de 0;3% par an en 2019 et 2020, alors que l'inflation atteint cette année 2,3%. En revanche, certaines aides sociales vont augmenter comme le RSA, la prime d'activité, le minimum vieillesse, et les allocations pour les adultes handicapés.

50 000 postes de fonctionnaires seront supprimés d'ici quatre ans

Mais le gouvernement n'avance aucun chiffre. Le Premier ministre avance surtout sa volonté de favoriser les travailleurs : "Nous voulons que les Français puissent revenir vers le travail, que ce travail paie, qu'il paie de mieux en mieux." Édouard Philippe l'annonce, dès le 1er septembre 2019, les cotisations salariales des heures supplémentaires seront supprimées. Une personne au SMIC pourrait recevoir 200 euros supplémentaires par an. Par ailleurs, la réduction du nombre de fonctionnaires se poursuit : 50 000 postes seront supprimés d'ici quatre ans, 4 500 en 2019. Sont concernés le ministère des Finances, l'audiovisuel public, et le réseau extérieur de l'État. En revanche, des recrutements sont confirmés dans les secteurs considérés comme prioritaires : police, renseignement et justice.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne