Budget 2019 : les gagnants et les perdants

FRANCE 2

Édouard Philippe veut maintenir le cap des réformes, malgré une croissance moins importante que prévu. Ce 26 août au matin, le Premier ministre a annoncé que les heures supplémentaires devraient rapporter un peu plus.

Un budget 2019 pour favoriser les travailleurs : dans une interview au Journal du dimanche le 26 août au matin, le Premier ministre prévient : "Nous voulons que les Français puissent revenir vers le travail, que ce travail paie, qu'il paie de mieux en mieux." Alors ce budget va faire des gagnants : les salariés. Car les cotisations salariales des heures supplémentaires seront supprimées dès l'an prochain. Selon Édouard Philippe, une personne au SMIC pourrait recevoir 200 euros supplémentaires par an. La mesure coûtera 2 milliards d'euros.

"C'est scandaleux"

Autre augmentation : la prime d'activité, le minimum vieillesse, et l'allocation adulte handicapé seront augmentés, mais le Premier ministre n'avance aucun chiffre. Ce budget fera aussi des perdants : ceux qui perçoivent les APL, les allocations familiales, ou une pension de retraite. Ces prestations n'augmenteront que de 0,3% l'an prochain, alors que l'inflation atteint cette année 2,3%. Le pouvoir d'achat des personnes concernées va donc diminuer : "C'est scandaleux", s'insurge un retraité. Pour cette femme interrogée dans la rue, "C'est totalement anormal, notre pouvoir d'achat baisse. On nous a déjà pris la CSG, j'ai perdu déjà 50 euros par mois, donc ça en plus, c'est assez insupportable". Comme annoncé, le nombre de contrats aidés va aussi diminuer, tout comme les fonctionnaires. L'an prochain, 4 500 postes seront supprimés. L'objectif du gouvernement avec ces mesures : garder le déficit public à 2,3%. Une promesse faite à Bruxelles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne