Bernadette Chirac : les secrets et les souffrances d’une femme de pouvoir

France 3

Erwan L'Eléouet, auteur d'un livre sur la carrière de Bernadette Chirac, est l'invité du Soir 3 mardi 26 février.

Bernadette Chirac a été élue 36 ans en Corrèze. "C'était une manière d'aiguiser son intuition politique. Elle a été capable de dire à jacques Chirac en 1997 que la dissolution était une bêtise ou en 2002 que Jean-Marie Le Pen serait sûrement au second tour de la présidentielle", rappelle Erwan L'Eléouet dans le Soir 3 mardi 26 février.

"En 1979, pour sa première campagne, c'est une femme angoissée, stressée qui n'a pas les bonnes tenues, les bonnes chaussures et Jacques Chirac va lui expliquer, parfois en la bousculant", explique le journaliste.

"C'est un couple de pouvoir qui a régné pendant 40 ans. C'est un couple romanesque avec une femme amoureuse qui a sacrifié sa vie pour son mari. Cela commence dès les années 50 quand elle fait ses fiches et prend des cours de dactylographie pour taper ses dossiers de l'ENA. C'est incroyable que cette femme maladivement timide se soit imposée dans le milieu politique", raconte-t-il.

Chirac "en a bavé"

C'est "une femme qui en a bavé" confie sa fille Claude Chirac dans le livre Bernadette Chirac, les secrets d'une conquête. "Elle en a bavé parce qu'elle a mené de front une vie de mère de famille avec une fille malade, elle a dû faire face aux incartades de son mari, tenir en toutes circonstances, ne rien laisser paraître. C'est aussi l'histoire de l'aristocratie, d'une vieille France, d'une France catholique, d'une droite conservatrice", poursuit Erwan L'Eléouet.

Et de confier : "Elle a par moment des envies d'émancipation et de modernité. En 1972, elle a envie de reprendre ses études avec une licence d'archéologie et Jacques Chirac, ce bulldozer macho, lui dit : 'Vous finirez cul nu sur le campus, vous allez nuire à ma carrière et le président Pompidou sera fou de rage'".

Brigitte Macron et Bernadette Chirac, aujourd'hui retirée de la vie politique à 85 ans, "ont pour points communs d'être arrivées tard à l'Élysée, la soixantaine passée et de s'être battues sûrement pour se faire une place", indique le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne