Brégançon : tempête dans une piscine

France 3

Le projet d'Emmanuel Macron d'installer une piscine au fort de Brégançon fait grincer quelques dents dans l'opposition. Le chef de l'État n'est pourtant pas le premier président de la République à mettre sa patte dans ce lieu d'exception.

Le fort de Brégançon, majestueuse bâtisse du XVIIe siècle qui surplombe la Méditerranée, et lieu de villégiature présidentielle depuis 1958. Le site varois a conquis le couple Macron. Seule ombre au panorama, la présence de nombreux paparazzis qui ont souvent immortalisé les chefs d'État dans des postures pas très présidentielles. Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy en ont fait les frais. Voilà pourquoi, pour se baigner en toute tranquillité, le couple Macron souhaite y installer une piscine hors sol en raison de la roche, dans laquelle il est difficile de creuser.

150 000 euros de budget annuel alloué à Brégançon

Des travaux importants qui ne seront pas les premiers. Avant eux, certains de leurs prédécesseurs n'avaient pas hésité à moderniser les lieux, comme le couple Giscard d'Estaing, ou encore les Pompidou qui trouvaient le fort trop austère.  Le couple va "totalement le redécorer avec du mobilier contemporain, révèle le journaliste Guillaume Daret, auteur de Le fort de Brégançon. Ce sera la marque Pompidou, qui fait du fort de Brégançon un laboratoire d'art contemporain, en s'appuyant notamment sur le designer Pierre Paulin". Ensuite, ce sera Valéry Gisacard d'Estaing, qui "va faire creuser un second lieu de baignade à l'arrière du fort, dans les rochers, mais qui est très difficile d'accès". L'Élysée, qui confirme avoir lancé une étude de faisabilité, précise que les coûts de la construction et de l'entretien de la piscine seront intégrés aux 150 000 euros de budget annuel alloué à Bréagançon, pas un centime de plus.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne