Emmanuel Macron a fait un petit changement dans l'emblème présidentiel (et ça n'a rien d'anodin)

Emmanuel Macron, le 13 septembre 2018, lors de la présentation du plan pauvreté, au musée de l\'Homme à Paris.
Emmanuel Macron, le 13 septembre 2018, lors de la présentation du plan pauvreté, au musée de l'Homme à Paris. (MICHEL EULER / AFP)

Le logo élyséen, comme il a été présenté discrètement jeudi, intègre désormais une référence directe au général de Gaulle.

Le changement est discret, mais il n'est pas passé inaperçu. Une petite croix de Lorraine a fait son apparition au centre de l'emblème de la présidence de la République sur le pupitre du chef de l'Etat, lors de la présentation par Emmanuel Macron du plan pauvreté au musée de l'Homme à Paris, jeudi 13 septembre.

"L'emblème de la présidence de la République a évolué récemment et c'est la première fois qu'il est montré publiquement, confirme l'Elysée à franceinfo. Le dessin, plus classique, intègre une croix de Lorraine au centre des faisceaux de licteur, deux symboles d'une nation française qui se tient debout", explique la présidence.

"La marque d'un nouveau président"

L'Elysée précise que l'emblème présidentiel a "presque systématiquement été redessiné par les nouveaux présidents". "C'est la marque d'un nouveau président quand il prend ses fonctions." Le logo élyséen a en effet été redessiné par ses deux prédécesseurs, mais sans ajout notable. François Hollande avait opté pour un emblème bleu stylisé. Quant à Nicolas Sarkozy, il avait opté pour une version argentée.

François Hollande, le 14 mars 2017, à l\'Elysée à Paris, lors de la signature d\'un accord pour l\'accueil de réfugiés libanais.
François Hollande, le 14 mars 2017, à l'Elysée à Paris, lors de la signature d'un accord pour l'accueil de réfugiés libanais. (THIBAULT CAMUS / AFP)

Nicolas Sarkozy, le 18 avril 2012 à l\'Elysée, lors d\'une conférence de presse avc son homologue sénagalais, Macky Sall.
Nicolas Sarkozy, le 18 avril 2012 à l'Elysée, lors d'une conférence de presse avc son homologue sénagalais, Macky Sall. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Pourtant, de mémoire d'historien, une telle modification est une première. Patrick Garcia, universitaire membre de l'Institut d'histoire du temps présent, a "le souvenir du blason personnel de François Mitterrand avec un chêne, mais celui-ci n’était pas reproduit sur le pupitre présidentiel". Valéry Giscard d’Estaing s'était lui attaqué à un autre symbole républicain, note le professeur d'histoire : "Il avait lui changé le rythme de la Marseillaise."

Emmanuel Macron et "sa forte empreinte gaulliste"

Avec cette croix de Lorraine, la référence au général de Gaulle est revendiquée. "Le président de la République a montré dès le début de son mandat sa forte empreinte gaulliste", souligne-t-on à la présidence. Pour sa photo officielle, Emmanuel Macron avait en effet choisi de glisser un exemplaire ouvert des Mémoires de guerre du général de Gaulle sur son bureau. 

L'Elysée fait d'ailleurs remarquer que cet hommage gaullien en précédera d'autres. Le 4 octobre marquera le 60e anniversaire de la Ve République et qu'en 2020, la France célébrera le 50e anniversaire de la mort du général de Gaulle et les 80 ans de l'appel du 18-Juin.

"Aucun caractère officiel"

"Les armoiries de l'Elysée n'ont aucun caractère officiel", pointe de son côté l'historien Thomas Branthôme, co-auteur d'une Histoire de la République en France". "Il n'y a rien d'inscrit dans le marbre d'un texte juridique ou encore moins constitutionnel, contrairement à l'hymne, à la devise ou au drapeau qui relèvent de l'article 2 de la Constitution." L'Elysée précise sur son site internet qu'il a fallu attendre Valéry Giscard d'Estaing pour voir cette armoirie adoptée  comme emblème personnel du locataire de l'Elysée.

Sur le logo de l'Elysée, les faisceaux de licteur sont surmontés d'une hache, recouverts d'un bouclier sur lequel sont gravées les initiales de la Républiqe française, et entourés de branches de chêne – symbole de la justice – et d'olivier – symbole de la paix. Les faisceaux de licteur renvoient à la République romaine. Les licteurs étaient ceux qui protégeaient les hommes politiques. Ce symbole a été repris par les révolutionnaires, puis par la République française. A l'instar du bonnet phrygien, passé des esclaves affranchis de la Rome antique aux frontons de la République. La croix de Lorraine est, elle, le symbole de la Résistance, de la France libre et du général de Gaulle.

"Un coup politique"

Mais en l'intégrant aux armoiries de l'Elysée, Emmanuel Macron "ne s'inscrit pas dans la tradition républicaine, analyse Thomas Branthôme. Il fait un choix politique : celui d'une partie seulement de l'histoire de la République au XXe siècle. Avec ce choix symbolique, il emprunte à la république gaulliste." "Cela relève du coup politique", tranche l'historien. "Même De Gaulle n'avait pas essayé d'intégrer la croix de Lorraine. On se retrouve dans la situation étonnante d'un président en quelque sorte plus royaliste que le roi." 

Le nouveau logo élyséen version Emmanuel Macron se retrouvera évidemment, assure-t-on à l'Elysée, sur les produits dérivés qu'a lancé "le château" à l'occasion des Journées européennes du patrimoine.

Vous êtes à nouveau en ligne