Aurore Bergé : "Il n'y a pas d'abris anti-mondialisation"

FRANCEINFO

Aurore Bergé, membre du comité politique En Marche, est l'invitée de Julien Benedetto sur Franceinfo, vendredi 28 avril.

Aurore Bergé, conseillère municipale des Yvelines et membre du comité politique En Marche réagit à l'actualité et défend le programme d'Emmanuel Macron sur le plateau de Julien Bendetto sur Franceinfo, vendredi 28 avril.

Pas de coup de tonnerre pour Aurore Bergé à l'annonce du ralliement de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) à Marine Le Pen (Front national), mais une "clarification" de ses positions. Une décision étonnante pour "quelqu'un qui se dit gaulliste de rejoindre un mouvement qui a combattu ardemment le général De Gaulle".

Quant à la décision de Jean-Luc Mélechon (La France insoumise) de ne donner aucune consigne de vote, Aurore Bergé la qualifie de "faute morale et politique".

L'examen de la sociologuie du vote du premier tour de l'élection présidentielle montre que deux France s'opposent : pour Emmanuel Macron les grandes villes, les cadres, les élites pour Marine Le Pen les zones rurales, les classes ouvrières et populaires pour Emmanuel Macron. Est-ce la limite du phénomène Macron? "Le vote pour Emmanuel Macron est uniforme", rétorque  Aurore Bergé avant d'ajouter :"Je ne veux pas qu'on laisse s'installer l'idée d'une France coupée en deux, qu'on serait uniquement avec le candidat des Français qui vont bien. Je ne crois pas à ça. Par contre le message qu'on livre, c'est que nous on ne ment pas aux Français. Il n'y a pas d'abris anti-mondialisation", affirme Aurore Bergé.

Vous êtes à nouveau en ligne