Assistants parlementaires : la ministre Marielle de Sarnez sur la liste des eurodéputés dénoncés par le FN

Marielle de Sarnez, le 25 août 2016.
Marielle de Sarnez, le 25 août 2016. (LOIC VENANCE / AFP)

La députée européenne FN, Sophie Montel, a transmis à la justice les noms d'une vingtaine de ses collègues qu'elle accuse d'employer des assistants parlementaires qui travailleraient en réalité pour leur parti politique au niveau national.

Marielle de Sarnez, la ministre des Affaires européennes, figure parmi une vingtaine de députés européens français dénoncés à la justice par le Front national pour de supposés emplois litigieux d'assistants parlementaires, une information du Parisien dont franceinfo a eu confirmation de source proche de l'enquête.

Le 14 mars dernier, Sophie Montel, députée européenne FN, a transmis à la justice les noms d'une vingtaine de ses collègues dont Marielle de Sarnez, qu'elle accuse d'employer des assistants parlementaires qui travailleraient en réalité pour leur parti politique au niveau national. C'est exactement ce dont est soupçonnée Marine Le Pen, la patronne du Front national.

La ministre se défend de toute irrégularité

Le 22 mars, le parquet de Paris ouvre alors une enquête préliminaire pour "abus de confiance", c'est le premier stade des investigations qui permet de procéder à des vérifications. Dans un communiqué publié dans la nuit, Marielle de Sarnez, assure que Philippine Laniesse, son assistante parlementaire, dite "en circonscription", a fourni un "travail assidu" avec "rapports d'activités consultables".

La ministre se défend de toute irrégularité. "Aucune question ne m’a jamais été posée sur ce sujet. Si cela avait été le cas, j’aurais simplement témoigné que la jeune femme qui a été mon assistante parlementaire en circonscription pendant 12 mois a fourni un travail assidu auprès de moi dans ma mission de parlementaire européenne d’Île de France. Étant par ailleurs élue locale, sa situation a été déclarée et vérifiée par le Parlement européen", précise la ministre qui pointe un "contre-feu" allumé par le FN face à ses propres affaires.

Le contrat de Philippine Laniesse "a été, comme celui de tous mes assistants, validé et approuvé par le Parlement européen, encadré par des règles européennes bien plus strictes que les règles en vigueur en France", conclut Marielle de Sarnez.

La ministre des Affaires européennes a annoncé sur twitter avoir porté plainte, "en dénonciation calomnieuse" contre Sophie Montel du FN.