Après avoir quitté la banque Rothschild, "je ne gagnais plus assez pour payer mes impôts", affirme Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s\'exprime lors d\'un événement organisé par le collectif Elles marchent, le 8 mars 2017 à Paris.
Emmanuel Macron s'exprime lors d'un événement organisé par le collectif Elles marchent, le 8 mars 2017 à Paris. (QUENTIN VEUILLET / CITIZENSIDE / AFP)

Dans un entretien au journal "La Croix", le candidat d'En marche ! assure avoir divisé sa rémunération par quinze en quittant la banque Rothschild pour l’Élysée en 2012.

Opération transparence pour Emmanuel Macron. Dans un entretien au quotidien La Croix, dimanche 12 mars, le candidat du mouvement En marche ! revient sur la polémique autour de sa déclaration de patrimoine. En 2014, le ministre de l'Economie avait déclaré 200 000 euros de patrimoine financier. De quoi soulever des interrogations alors qu'il avait gagné deux millions d'euros brut comme banquier chez Rothschild entre 2010 et 2012.

"Comme banquier d’affaires, j’avais le statut d’indépendant. J’ai donc payé, sur le montant brut de ma rémunération, des cotisations sociales patronales, salariales, puis l’impôt sur le revenu, explique Emmanuel Macron. Ces cotisations ont augmenté et frappé mon dernier revenu de référence, au point que je ne gagnais plus assez pour payer mes impôts !"

La raison de cette situation, selon le candidat ? "La même année, j’ai en effet à la fois divisé ma rémunération par quinze tout en expérimentant les engagements fiscaux du président de la République", ajoute-t-il. Car en 2012, Emmanuel Macron a quitté la banque d'affaires pour rejoindre l'Elysée. Il affirme aussi avoir "procédé à des travaux dans la maison de famille" de son épouse.

Des précisions sur le financement de sa campagne

Le candidat évoque aussi la réévaluation de l'un de ses biens immobiliers par le fisc, qui lui a valu d'être assujetti à l'ISF, impôt payé par les ménages disposant d'un patrimoine supérieur à 1,3 million d'euros. "J’ai payé immédiatement sans faire l’objet d’un redressement", assure l'ancien ministre de l'Economie.

Pour financer sa campagne, Emmanuel Macron répète qu'il ne dépend que de "dons privés". "Un peu plus de 30 000 personnes ont donné, avec un montant médian de 50 euros, explique le candidat. Environ 2% des dons dépassent 5 000 euros." Enfin, il assure finaliser "un emprunt bancaire personnel de 8 millions d'euros" pour sa campagne.

Vous êtes à nouveau en ligne