VIDEO. Affaire Benalla : le bras de fer entre l'Elysée et le Sénat après la publication du rapport de la commission

BRUT

Mercredi, la commission d'enquête du Sénat a publié son rapport sur "l'affaire Benalla". Les condamnations mises en évidence ont provoqué des remous à l'Élysée.

La bataille faire rage entre l'Élysée et le Sénat. Ce mercredi 20 février, le rapport sur l'affaire Benalla a été publié. Il est le fruit d'un travail de longue haleine qui a permis de passer au crible pas moins de 44 heures d'auditions. Des "faux-témoignages", des "dysfonctionnements", des "contradictions" ont été soulevés par la commission d'enquête du Sénat. Ces accusations ciblent notamment l'ancien chargé de mission à l'Élysée Alexandre Benalla et l'ancien responsable de la sécurité de LREM Vincent Crase. Soupçonnés d'avoir menti sous serment, les deux hommes risquent jusqu'à 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende si les faits sont avérés. Un réquisitoire accablant pour ces deux hommes qui ont déjà été placés en détention provisoire pour ne pas avoir respecté leur contrôle judiciaire. 

Alexandre Benalla et son acolyte Vincent Crase ne sont pas les seules cibles de la commission sénatoriale puisque des "collaborateurs immédiats" d'Emmanuel Macron ont également été mis en cause pour avoir proféré des "contradictions" devant la commission : le secrétaire général Alexis Kohler, le directeur du cabinet Patrick Strzoda et le général Lionel Lavergne.  

La réponse de l'Élysée 

Face à ces accusations écrasantes imputées au sommet de l'Élysée, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a réagi le jour même de la publication du rapport. "L'Élysée aura l'occasion d'apporter des réponses factuelles sur manifestement beaucoup de contrevérités qui se trouvent présentes dans le rapport", a soulevé le Secrétaire d'État. 

Benjamin Griveaux n'a pas hésité à érafler la commission sénatoriale en s'étonnant qu'elle se soit prononcée sur "l'organisation du pouvoir exécutif" alors que la démocratie est soumise à la séparation des pouvoirs. "Notre mandat, nous l'avons scrupuleusement respecté", a répliqué Philippe Bas, président de la commission d'enquête du Sénat. 

Vous êtes à nouveau en ligne