Véritable ambition ou "coup de com'" ? L'improbable rumeur d'une candidature d'Alexandre Benalla aux municipales

Alexandre Benalla, le 21 janvier 2019 devant la commission d\'enquête parlementaire du Sénat, à Paris.
Alexandre Benalla, le 21 janvier 2019 devant la commission d'enquête parlementaire du Sénat, à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

L'ancien chargé de mission de l'Elysée laisse planer le doute sur une éventuelle candidature aux élections municipales à Saint-Denis, en banlieue parisienne, en mars.

Une photo qui fuite dans la presse locale, quelques indices distillés sur Twitter, un photomontage le montrant ceint d'une écharpe de maire… Il n'en fallait pas davantage pour que la rumeur prenne corps, à six mois des élections municipales : et si Alexandre Benalla était candidat à la mairie de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) en mars prochain ?

Comme l'a révélé le Journal de Saint-Denis, l'ancien chargé de mission à l'Elysée, qui s'est fait connaître pour ses agissements en marge des manifestations du 1er mai 2018 à Paris, s'est rendu le 10 septembre dernier dans la cité dionysienne. Ce jour-là, il est 8h30 quand Alexandre Benalla est aperçu sur la place Victor-Hugo, en plein centre-ville, à proximité de la mairie et de la célèbre basilique. Des passants le reconnaissent, de même qu'un employé municipal, qui le prend en photo pour immortaliser la scène.

Alexandre Benalla est accompagné d'un conseiller et d'un photographe qui l'aurait, selon des témoins, fait poser devant l'hôtel de ville. Qu'est-il venu faire dans cette ville de banlieue parisienne, lui qui est désormais domicilié à Marrakech (Maroc) où il a fondé sa société de conseil en sécurité ? Toujours selon le JSD, Alexandre Benalla aurait dit à un habitant vouloir redorer l'image de cette ville "qui a mauvaise réputation", évoquant même auprès d'un autre "une liste citoyenne". Puis il serait allé rencontrer des jeunes au Franc-Moisin, ce quartier où son épouse, dit-il, aurait passé une partie de sa jeunesse.

"On a 3 vies : une vie personnelle, une vie professionnelle et une vie citoyenne", expliquait-il sur Twitter fin septembre. C'est donc dans le cadre de sa "vie citoyenne" qu'Alexandre Benalla a décidé de s'engager "auprès des jeunes et des gens qui ont été abandonnés" afin qu'ils s'inscrivent sur les listes électorales.

Un membre de son entourage, contacté par franceinfo, précise la démarche : "Il est populaire auprès des jeunes et il veut que ça leur serve, car ce sont les premiers à être victimes du système." Des apparitions surprises dans d'autres villes, sans présence médiatique, sont d'ailleurs en cours de calage.

Les jeunes disent : 'Moi je veux être Benalla.' Pour eux, c'est le mec qui a réussi à côtoyer le sommet de l'Etat et qui a affronté tout le système médiatique.Un proche d'Alexandre Benallaà franceinfo

L'ancien Monsieur sécurité d'Emmanuel Macron ira-t-il jusqu'à se présenter aux élections municipales à Saint-Denis en mars 2020 ? La porte ne semble pas fermée. "Pour le moment, c'est un engagement citoyen. Si les choses sont amenées à bouger, il le dira par lui-même, mais rien n'est fixé", poursuit ce proche.

L'idée semble en tout cas beaucoup amuser le candidat putatif. Sur Twitter, où depuis cet été il distille ses commentaires ironiques, il a multiplié les références aux ambitions qu'on lui prête pour Saint-Denis. Mercredi soir, après la parution de plusieurs articles faisant état de la "rumeur", un internaute a réalisé un montage avec la photo d'un maire, écharpe tricolore autour du cou, affublé du visage d'Alexandre Benalla. Lequel a repris l'image sur son propre compte, sans mention de son auteur...

Sur le réseau social, où il a "followé" tout ce que le département de la Seine-Saint-Denis compte de journalistes et de politiques, Alexandre Benalla semble d'ailleurs être déjà en campagne, multipliant les piques contre la municipalité communiste qui tient la ville depuis un siècle.

L'éventualité de voir Alexandre Benalla s'immiscer dans ce scrutin n'enchante pas grand monde dans les allées du conseil municipal. "Cette ville va mal, elle a besoin d'une véritable alternative. On n'est pas au cirque !" réagit l'ex-député PS Mathieu Hanotin, qui tentera sa chance en mars après un premier échec en 2014. "Il est surtout là pour faire parler de lui. Moi je n'ai pas envie de parler de lui, ni de ses plans com'."

"Venir dans une ville six mois avant les élections, c'est la marque ultime du mépris. Saint-Denis, on y vit. On n'y passe pas. Il n'a pas 30 ans et déjà des réflexes de vieux briscards de la politique", tacle pour sa part le conseiller municipal de gauche Madjid Messaoudene.

Tout cela n'est pas très sérieux, on a autre chose à faire que d'assister aux pitreries d'Alexandre Benalla.Madjid Messaoudeneconseiller municipal à Saint-Denis

Devenir maire ne s'improvise pas. Pour pouvoir se présenter aux élections municipales à Saint-Denis, Alexandre Benalla devra trouver 54 colistiers (autant d'hommes que de femmes) sans quoi il ne pourra pas valider sa candidature. Il devra aussi se domicilier dans la commune, alors que sa résidence officielle est aujourd'hui établie à Marrakech. A ceux qui critiquent déjà un parachutage en règle, Alexandre Benalla a déjà trouvé la réponse. "Etre Dyonisien, ce n'est pas être né à Saint-Denis, c'est y renaître", a-t-il écrit en guise de biographie sur son compte Twitter, faute d'orthographe incluse (les habitants de Saint-Denis sont les Dionysiens, et non les Dyonisiens). Une phrase qu'il a finalement retirée au bout de deux jours. Les plaisanteries les plus courtes sont peut-être les meilleures.

Capture d\'écran du compte Twitter d\'Alexandre Benalla, modifié depuis.
Capture d'écran du compte Twitter d'Alexandre Benalla, modifié depuis. (ALEXANDRE BENALLA / TWITTER)

Vous êtes à nouveau en ligne