Passeports d'Alexandre Benalla : "Si les faits sont avérés", il faut le "poursuivre" et "stopper cette situation"

Francois-Noel Buffet, le 18 avril 2018.
Francois-Noel Buffet, le 18 avril 2018. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Le sénateur Les Républicains François-Noël Buffet, vice-président de la commission des lois et membre de la commission d'enquête qui a entendu en septembre dernier l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, appelle à poursuivre ce dernier s'il a effectivement encore l'usage de passeports diplomatiques qu'il aurait dû rendre.

"Si les faits sont prouvés et avérés, ce qui semble être le cas", il "faut poursuivre" Alexandre Benalla devant la justice, afin de "stopper cette situation", a estimé ce vendredi sur franceinfo le sénateur Les Républicains François-Noël Buffet, vice-président de la commission des lois et membre de la commission d'enquête qui a entendu en septembre dernier l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron.

D'après Mediapart, Alexandre Benalla, limogé en juillet, utiliserait encore un passeport diplomatique lors de ses voyages d'affaires à l'étranger. "Quelle crédibilité au plus haut niveau de l'Etat ? (…) Comment cet homme seul arrive, finalement, à faire ce qu'il veut, comme il veut, quand il veut ?", s'est interrogé François-Noël Buffet.

franceinfo : Comment réagissez-vous à cette nouvelle affaire Benalla ?

François-Noël Buffet : Je suis à la fois stupéfait et à la fois pas complètement surpris. J'avais le sentiment qu'il ne nous avait pas tout dit et peut-être même qu'il nous avait menti. Et ce qui apparaît aujourd'hui avec la révélation de ces faits, c'est que nous avions raison, l'histoire n'est pas terminée. Comment se fait-il, alors qu'on lui a demandé de restituer son passeport diplomatique, qu'il ne l'ait pas fait ? Et que par ailleurs (...) il voyage à travers le monde, en Afrique en particulier, rencontre des chefs d'Etat, soi-disant pour des affaires privées mais muni de ce passeport diplomatique qui est un document officiel en principe réservé pour des missions particulières au service de notre pays ? C'est tout à fait extraordinaire.

Le ministère des Affaires étrangères dit avoir écrit à Alexandre Benalla pour récupérer ses passeports diplomatiques. Est-ce suffisant ?

Manifestement, non, puisque le fait d'avoir écrit n'a pas eu de résultat. Il a l'air de s'en ficher, en tout cas c'est l'impression que nous avons. Faut-il penser encore une fois de plus que cet homme est extrêmement protégé, ou alors qu'il joue encore un rôle peut-être un peu secret ? Nous n'en savons rien. Moi, je suis très inquiet de voir ce personnage continuer d'agir de la sorte et de voir aussi au-delà de ça que les plus hautes instances nationales n'aient pas mis bon ordre. C'est tout à fait étonnant de voir qu'il continue d'agir.

Faut-il que la commission d'enquête parlementaire réentende Alexandre Benalla ?

Je le pense. Il faut d'abord vérifier qu'entre les déclarations qu'il a faites et la réalité il y a eu un mensonge. Ce qui pose le problème d'avoir témoigné sous serment et d'avoir menti. C’est évidemment une infraction pénale lourde. Il peut donc y avoir l'opportunité de poursuites contre M. Benalla.

Il faut le poursuivre, selon vous ?

Je pense que si les faits sont prouvés et avérés, ce qui semble être le cas, oui, il faut le faire. Il faut arriver à stopper cette situation : au sein de la République, on a quelqu'un qui se promène depuis longtemps dans des conditions tout à fait extraordinaires pour ne pas dire exotiques. Quelle crédibilité au plus haut niveau de l'Etat ? Quelle crédibilité pour notre pays ? Et comment cet homme seul arrive, finalement, à faire ce qu'il veut, comme il veut, quand il veut ? (…) Il y a besoin que l'Elysée clarifie fermement les choses. Il faut qu'on en sorte. Si [Emmanuel Macron] ne le fait pas, ça interroge. S'il n'agit pas et s'il ne met pas en route les moyens nécessaires pour clarifier les choses et en finir, ça interrogera sur les relations qu'il y avait entre lui et M. Benalla.

Vous êtes à nouveau en ligne