Malgré l'affaire Benalla, la confiance en Macron remonte légèrement dans l'opinion, selon un sondage

Emmanuel Macron à Madrid (Espagne), le 26 juillet 2018.
Emmanuel Macron à Madrid (Espagne), le 26 juillet 2018. (PAUL HANNA / AFP)

Avec 42% d'opinions positives chacun, Emmanuel Macron et Edouard Philippe progressent de 5 points auprès des Français interrogés qui n'expriment aucune préférence partisane.

L'affaire Benalla ne semble pas affecter la popularité de l'exécutif. En juillet, la cote de confiance du président de la République et du Premier ministre ont légèrement augmenté (+2 points), selon un sondage Harris Interactive pour le site Délits d'Opinion réalisé de mardi à jeudi et publié samedi 28 juillet. Avec 42% d'opinions positives chacun, Emmanuel Macron et Edouard Philippe progressent de 5 points auprès des Français interrogés qui n'expriment aucune préférence partisane.

Empêtré dans l'affaire Benalla, l'exécutif cède en revanche du terrain auprès de tous ceux qui expriment une préférence politique, y compris pour La République en marche (-7 pour Macron, -4 pour Philippe), selon cette enquête pour un site spécialisé dans l'analyse de l'opinion publique. Au lendemain de la victoire de la France en Coupe du monde, le chef de l'Etat gagne notamment 11 points en un mois auprès des moins de 35 ans. Il en perd au contraire 5 chez les plus de 65 ans.

"La faute d'un homme ne fait pas une affaire d'Etat", selon Gilles Le Gendre

"Celles et ceux qui ont cru surfer sur 'une tempête dans un verre d'eau' ont échoué", a réagi le président du groupe LREM de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, sur Twitter. L'un des porte-parole du groupe, Gilles Le Gendre, a renchéri avec des mots très proches: "Sondage conforme à ce que députés LREM entendent dans leurs circonscriptions : pour les Français, la faute d'un homme ne fait pas une affaire d'Etat. Nos oppositions, qui espéraient y voir l'antidote à leur coma profond, en sont pour leurs frais".

Ce regain de confiance profite aux membres du gouvernement, dont la cote moyenne reste cependant limitée (30%, +3). La ministre des sports Laura Flessel (49%, +8), Jean-Yves Le Drian (Affaires étrangères, 46%, +4), Jean-Michel Blanquer (Education, 42%, +4) et Nicolas Hulot (Transition écologique, 42%, +4) profitent notamment de cette embellie.

Enquête réalisée en ligne du 24 au 26 juillet auprès de 966 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Vous êtes à nouveau en ligne