Les sujets du jour
Affaire BenallaPôle emploiSyriePrélèvement à la sourceDonald TrumpEx-espion russe empoisonné

"Je n'ai aucun respect pour eux" : la violente charge d'Alexandre Benalla contre les sénateurs de la commission d’enquête

Alexandre Benalla, le 16 juillet 2018, lors du retour des Bleus après la Coupe du monde.  (THOMAS SAMSON / AFP)

Après avoir refusé dans un premier temps, Alexandre Benalla a fini par accepter de répondre à la convocation de la commission d'enquête du Sénat. Joint par France Inter, l'ex-chargé de mission de l'Élysée s'explique. 

"Aujourd'hui, on me contraint", déplore Alexandre Benalla. Après avoir refusé, l'ancien chargé de mission de l'Élysée va bien répondre aux questions de la commission d'enquête sénatoriale. Mis en examen pour des violences contre un manifestant le 1er mai à Paris, l'ancien garde du corps a accordé une interview à France Inter, mardi 11 septembre. Alexandre Benalla ne souhaite pas que l'enregistrement de ses propos soit diffusé mais il accepte qu'ils soient retranscrits. Voici le verbatim de son entretien enregistré mardi soir. 

Il viendra parce qu'on le "menace"

"Aujourd'hui, on me contraint, envers et contre tous les principes de la démocratie française. (...) Parce qu'on m'explique qu'on va m'envoyer des gendarmes et des policiers. (...) Je vais venir, à la convocation. Parce qu'on me menace. On me menace vraiment d'une manière directe."

Il répondra à toutes les questions, "sauf sur celles qui intéressent la justice"

"Je vais venir m'expliquer devant la commission d'enquête, en tout cas la mission d'information qui s'est vue attribuer les prérogatives d'une mission d'enquête, mais qui n'en a aucun droit, et qui bafoue notre démocratie. Qui la foule de son pied. Je pourrai répondre à toutes les questions qu'elle me posera, sauf sur celles qui intéressent la justice. C'est-à-dire toutes les questions sur quel était mon rôle à l'Élysée. (...) Ça ce sont des questions, aujourd'hui, que se pose la justice, donc auxquelles je ne pourrai pas répondre, mais j'irai."

Ce qu'il pense des "petites personnes" de la commission sénatoriale

"M. Philippe Bas, je mesure très bien mes propos, ce petit marquis, m'impose aujourd'hui de venir devant lui, sinon il m'envoie la police ou la gendarmerie. (...) Ce sont des petites personnes qui n'ont aucun droit, et aucun respect pour la République française et la démocratie. (...) Et aujourd'hui, ces personnes bafouent le principe de notre démocratie qui est fondé sur la séparation des pouvoirs. Il y a des gens qui se sentent au-dessus des lois, et qui les font pourtant. Et ça c'est incompréhensible pour moi. (...) Moi, j'ai des comptes à rendre à la justice française. Le Sénat français, qui bafoue les règles constitutionnelles de notre pays, très sincèrement, je vous le dis franchement, je n'ai aucun respect pour eux."