VIDEO. Européennes : Valérie Rabault recherche "une forme d'union de la gauche"

FRANCE 3

La présidente du groupe PS à l'Assemblée nationale, Valérie Rabault, était l'invitée de "Dimanche en politique" le 16 septembre 2018.

Les Journées du patrimoine, organisées le week-end des 15 et 16 septembre, ont été l'occasion pour l'Elysée de vendre des produits dérivés dans le jardin du palais présidentiel. "Indécent" et "choquant", selon Valérie Rabault, présidente du groupe PS à l'Assemblée, qui déplore une "mise en scène" "pas à la hauteur de la fonction" qu'incarne Emmanuel Macron.

Interrogée sur le plan pauvreté présenté par le chef de l'Etat jeudi 13 septembre, Valérie Rabault souligne qu'"il est 25% inférieur à celui que François Hollande avait mis en œuvre sous le précédent quinquennat", ajoutant que l'ancien président "n'avait pas fait les poches des retraités pour le financer". Aussi, elle fustige une baisse de pouvoir d'achat, "entre 5 et 7 milliards d'euros de moins sur un an", et pointe du doigt un "effet d'annonce" de la part du gouvernement, dont elle dénonce l'"hypocrisie".

S'il était tête de liste, Bernard Cazeneuve "assurerait une forme de consensus"

Invitée à réagir sur la sortie médiatique de Christophe Castaner, le patron de La République en marche, qui a accusé le Sénat, dont la commission d'enquête se penche sur l'affaire Benalla, de vouloir fragiliser Emmanuel Macron à la tête du pays, Valérie Rabault voit là "un mépris pour nos institutions". En ce qui concerne l'Assemblée nationale, dont Richard Ferrand vient d'être élu président, la députée socialiste encourage ce dernier à "entamer une mue", arguant qu'"être majoritaire ne signifie pas vouloir écraser tous les groupes d'opposition".

Un sondage en vue des prochaines élections européennes fait figurer le PS en bas du classement, à égalité avec Europe Ecologie Les Verts (EELV), aux alentours de 5%. Valérie Rabault se dit "inquiète" et déplore "l'éparpillement de la gauche"'. "Je pense qu'il faut toujours rechercher une forme d'union de la gauche", ajoute-t-elle, saluant ainsi l'initiative de Luc Carvounas, qui propose une liste d'union avec EELV, les communistes, et avec à sa tête l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot. Valérie Rabault a tout de même un favori pour porter la liste de la gauche aux élections européennes : Bernard Cazeneuve, qui, selon elle, "assurerait une forme de consensus".

Vous êtes à nouveau en ligne