Benalla accuse des membres de la "haute hiérarchie policière" d'avoir "sauté sur l'occasion pour l'écarter"

Alexandre Benalla, sur le plateau du journal de 20 heures de TF1, le 27 juillet 2018.
Alexandre Benalla, sur le plateau du journal de 20 heures de TF1, le 27 juillet 2018. (TF1 / AFP)

"Dans le monde du pouvoir, on aime les gens bien formatés et qui la ferment. Moi, j'ai toujours eu tendance à l'ouvrir", déclare-t-il au "Journal du dimanche".

Alexandre Benalla se désole une nouvelle fois d'être "le maillon faible" d'Emmanuel Macron, dans une interview au Journal du dimanche daté du 29 juillet. Mais l'ancien chargé de mission de l'Elysée ne s'est pas contenté de répéter les mêmes phrases que lors de ses précédentes interviews. L'homme de 26 ans estime qu'il a été la cible de hauts gradés.

Dans la haute hiérarchie policière, il y a des gens qui gèrent leurs intérêts, leur carrière, et que j'ai dérangées.Alexandre Benallaau "Journal du dimanche"

"Par ma faute, je leur ai donné une occasion ; ils ont sauté dessus pour m'écarter", poursuit Alexandre Benalla. Selon lui, son parcours a fait grincer des dents et estime s'être "souvent fait détester par ceux qui pensent que les responsabilités dépendent surtout des diplômes".

Titulaire d'un Master 1 en droit, "spécialité : sécurité publique", Alexandre Benalla déclare : "Certains m'ont jugé illégitime à cause de mon parcours. Dans le monde du pouvoir, on aime les gens bien formatés et qui la ferment. Moi, j'ai toujours eu tendance à l'ouvrir. On me l'a fait payer."

Vous êtes à nouveau en ligne