Alexandre Benalla : un voyage au Tchad qui pose question

FRANCE 3

Alexandre Benalla, l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, s'est rendu au Tchad, quelques jours avant la visite du président samedi 22 décembre. L'opposition s'engouffre dans cette nouvelle polémique.

Samedi 22 décembre, l'avion présidentiel se pose sur le sol de N'Djaména (Tchad). Emmanuel Macron retrouve Idriss Déby, le président tchadien. Trois semaines plus tôt, une autre délégation foulait le même tarmac avec Alexandre Benalla. Pourquoi l'ancien collaborateur du président a-t-il rencontré les plus hauts dignitaires du régime tchadien ? Il répond à l'Express : "Je suis allé à N'Djaména avec une délégation de chefs d'entreprises étrangers, de grands patrons du Moyen-Orient. il s'agit de sociétés privées pour lesquelles je suis consultant". Pure coïncidence selon lui, mais la révélation de ces deux visites concomitantes embarrasse l'Élysée.

Circonstances troubles

Ce nouvel épisode de l'affaire Benalla fait aussi réagir l'opposition. Le député du Rassemblement national du Nord, Sébastien Chenu déclare : "Monsieur Benalla ne représente pas la France, c'est évident. Mais de quel passe-droit a-t-il pu bénéficier pour arriver à de tels niveaux de rencontres avec les Tchadiens ? C'est la problématique posée aujourd'hui". De son côté Éric Coquerel, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis commente : "Il se trouve toujours dans des endroits étonnants alors qu'il a de nombreuses mises en examen". Pour des incidents lors de la manifestation le 1er mai dernier à Paris, Alexandre Benalla a été mis en examen pour "violences volontaires".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne