Affaire Benalla : le député LR Damien Abad ne votera pas la motion de gauche, car il n'a "rien en commun avec l'extrême-gauche"

Le député LR, Damien Abad, le 31 juillet 2018, invité de franceinfo. 
Le député LR, Damien Abad, le 31 juillet 2018, invité de franceinfo.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le député de l'Ain, vice-président du groupe LR à l'Assemblée nationale, était l'invité de franceinfo mardi. 

En pleine affaire Benalla, les deux motions de censure déposées contre le gouvernement par les Républicains et par les partis de gauche sont examinées mardi après-midi à l’Assemblée nationale. Sur franceinfo, le député LR de l'Ain Damien Abad a déclaré qu'il ne votera pas la motion de gauche, "car je n'aime pas la confusion des genres, les alliances de circonstances, il ne faut pas mélanger les choses", malgré l'appel sur franceinfo, du député communiste André Chassaigne à l'opposition à voter les deux motions. 

Deux motions mais deux camps différents 

Damien Abad, vice-président du parti Les Républicains et de leur groupe à l'Assemblée, estime que "tous les votes sont les bienvenus", mais qu’"à titre personnel", il ne votera pas cette motion déposée par les partis de gauche car il n'a "rien en commun avec l’extrême-gauche"

L'opposition de droite ne portera pas les mêmes valeurs que l’opposition de gaucheDamien Abadà franceinfo

Damien Abad estime que l'objectif de la motion de censure déposée par son parti, c'est "alerter l’opinion et prendre le gouvernement à témoin pour dire qu’on ne peut plus continuer comme ça. Si on veut transformer la France, il faut le faire ensemble et pas tout seul".

Un tournant dans le quinquennat ? 

Le vice-président du parti des Républicains considère qu'avec l'affaire Benalla, "c’est la fin de la République exemplaire". Selon Damien Abad, cela marque "l’échec du nouveau monde car quand on veut incarner le nouveau monde avec des pratiques du 19e siècle, forcément cela interroge".

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Damien Abad  

Vous êtes à nouveau en ligne