Affaire Benalla : François Bayrou dénonce "une instrumentalisation politique"

La président du Modem, François Bayrou, à Paris, le 16 décembre 2017.
La président du Modem, François Bayrou, à Paris, le 16 décembre 2017. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

L'ancien ministre de la Justice affirme aussi ne "jamais" avoir regretté son alliance avec le chef de l'Etat.

Pas "d'affaire d'Etat", selon François Bayrou. Le président du MoDem voit plutôt "une instrumentalisation politique" dans l'affaire Benalla. "Il y a une disproportion surprenante entre les faits tels qu'ils apparaissent au fil des auditions et le maelström médiatique et politique que nous vivons", estime-t-il dans une interview au Monde, publiée samedi 28 juillet. 

"Il y a eu sans aucun doute le 1er mai une faute individuelle de la part d'un collaborateur du président de la République, une organisation de l'Elysée qui n'était pas assez rigoureuse et un retard dans les sanctions à prendre. Mais cela n'en fait pas une affaire d'Etat", déclare François Bayrou.

Bayrou ne regrette pas son alliance avec Macron

L'ancien ministre de la Justice affirme aussi ne "jamais" avoir regretté son alliance avec le chef de l'Etat. "Il m'arrive d'être impatient, d'être exigeant. Je voudrais que soit plus affirmée la dimension sociale (...) Mais j'ai la certitude que nous vivons une époque cruciale, et que les orientations proposées, par exemple à l'éducation nationale, sont profondément justes", explique-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne