Affaire Benalla : Édouard Philippe répond aux sénateurs

FRANCE 3

Au lendemain de la remise du rapport de la commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla, jeudi 21 février, le Premier ministre a pris la défense de l'Élysée. Les explications de la journaliste Anne Bourse, en duplex depuis Matignon.

Édouard Philippe est monté au front pour défendre l'Élysée. "Incompréhensibles" et "injustes" : c'est ainsi que le Premier ministre qualifie les recommandations du Sénat, jeudi 21 février. Mais pourquoi lui ? "C'est un changement de stratégie. L'Élysée a donc finalement décidé d'envoyer Édouard Philippe au front seul. C'est une contre-attaque après la lourde charge, hier [mercredi 20 février], du rapport de la commission d'enquête du Sénat dans l'affaire Benalla", explique la journaliste Anne Bourse, en duplex depuis Matignon. "Le Premier ministre estime que les sénateurs n'ont pas respecté le principe de séparation des pouvoirs, en pointant du doigt la gestion de cette affaire faite par l'Élysée", ajoute-t-elle.

Le Premier ministre au secours d'Alexis Kohler

"Seul le gouvernement est responsable devant les assemblées, c'est donc son chef de file qui porte le fer au nom de cette séparation des pouvoirs. En qualifiant les conclusions d''incompréhensibles' et d''injustes', Édouard Philippe porte à son tour une lourde charge contre les sénateurs. Le Premier ministre qui, sans jamais le nommer, prend aussi la défense d'Alexis Kohler, le secrétaire général de l'Élysée pointé du doigt dans le rapport fourni hier. Prochain épisode de ce feuilleton : ce sera la réponse de l'Élysée, qui a annoncé qu'elle répondrait aux 13 recommandations faites par les sénateurs sur la transparence du fonctionnement de l'Élysée et la sécurité du chef de l'État", conclut Anne Bourse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne