Affaire Benalla : ce qu'il faut retenir des nouvelles auditions au Sénat

Jean-Yves Le Drian, le 16 janvier 2019, au Sénat. 
Jean-Yves Le Drian, le 16 janvier 2019, au Sénat.  (BERTRAND GUAY / AFP)

Les ministres de l'Intérieur, des Affaires internationales et le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron ont répondu aux questions de la commission d'enquête du Sénat.

Des nouvelles auditions et de nombreux "scoops". La commission d'enquête du Sénat a entendu, mercredi 16 janvier, Christophe Castaner, Jean-Yves Le Drian et Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, au sujet des derniers rebondissements de l'affaire Benalla. Un peu plus tôt dans la journée, Le Canard enchaîné a en effet publié plusieurs révélations sur les passeports de l'ancien collaborateur de Marcron. Franceinfo revient sur cette nouvelle vague d'auditions. 

Benalla a utilisé ses passeports diplomatiques "une vingtaine de fois"

Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron et supérieur d'Alexandre Benalla du temps où il était salarié de l'Elysée, a été le premier à se soumettre aux questions des sénateurs. "Nous savons aujourd'hui que Monsieur Benalla a utilisé presque une vingtaine de fois, ces passeports", a-t-il révélé. C'est la première fois que ce chiffre est avancé. Jusque-là, la presse avait révélé qu'Alexandre Benalla avait fait plusieurs voyages, notamment en Afrique, en usant des passeports diplomatiques qui lui ont été attribués et qu'il n'a pas restitués.

Interrogé à son tour, Jean-Yves Le Drian a jugé plausible "le chiffre d'une vingtaine de voyages" effectués avec ces documents. Il a évoqué des séjours effectués au Tchad, voyage dont il a confirmation le 26 décembre, en Israël, au Maroc, ayx Bahamas, "des pays divers et variés".

Alexandre Benalla possédait cinq passeports

Au total, Alexandre Benalla possédait cinq passeports : trois diplomatiques et deux de services. Le premier passeport diplomatique, valide pour un an et sollicité par le biais du service du protocole de l'Elysée, a été émis le 2 juin 2017. Le second, l'a été par le même canal, le 20 septembre 2017, pour une durée de cinq ans, "une durée égale à celle du mandat du président", a précisé Jean-Yves Le Drian. 

Le troisième a en revanche a été demandé directement par Alexandre Benalla au Quai d'Orsay, après les violences du 1er-Mai qui ont entraîné son licenciement. Le document a été délivré le 24 mai 2018. Ces trois passeports ont été restitués en janvier. "C'est une initiative personnelle de l'intéressé", a déclaré Patrick Strzoda.

Le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron a également souligné qu'Alexandre Benalla avait été en possession de deux passeports de service, des documents qui facilitent le passage des frontières et permettent de voyager sans visa dans certains pays. Le premier a été délivré en 2016 "bien avant" son arrivée à l'Élysée, le deuxième le 28 juin 2018. Ils ont été invalidés le 31 juillet 2018.

L'Elysée accuse Benalla d'avoir user d'un faux pour obtenir un passeport

L'attribution de ce dernier document est justement sujette à questions. "Pour obtenir ce passeport, Monsieur Benalla a adressé au ministère de l'Intérieur une note dactylographiée à en-tête du chef de cabinet, une note non signée de façon manuscrite", a affirmé Patrick Strzoda, en indiquant qu'il "soupçonnait une falsification".

"Nous avons signalé ce fait au procureur de la République", a précisé le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron. "A quelle date ?", l'a alors interrogé Philippe Bas, le président de la commission des Lois du Sénat constituée en commission d'enquête. "Ce matin", a répondu Patrick Strzoda. Quelques minutes plus tôt, il avait reconnu avoir eu connaissance de l'existence de ce passeport de service délivré par le ministère de l'Intérieur "en juillet", signalé par les services de Beauveau, puis de l'existence de "ce document", réputé faux, "dans le courant de l'automne".

L'Elysée reconnaît "des dysfonctionnement" au sujet du téléphone crypté d'Alexandre Benalla

Quelques heures avant les auditions, Le Canard enchaîné a fait une nouvelle révélation de taille dans l'affaire Benalla : après son licenciement, le collaborateur d'Emmanuel Macron a gardé son "téléphone Teorem", un appareil crypté classé secret-défense utilisé par la présidence et l'armée. 

Interrogé sur ce point, Patrick Strzoda a reconnu "des dysfonctionnements ou des manques de réactivité"Le directeur de cabinet a précisé avoir "déclenché une enquête interne", mardi. Et d'ajouter : "l'enquête est en cours, j'en aurai très vite les résultats et j'en tirerai toutes les conséquences".

Vous êtes à nouveau en ligne