Les sujets du jour
CaniculeCoupe du monde féminine de football 2019Bac 2019Vincent Lambert

DIRECT. Affaire Benalla : le porte-parole du gouvernement dénonce "beaucoup de contrevérités" dans le rapport

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, le 20 février 2019 à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Dans une lettre au président du Sénat, elle met également en cause trois haut responsables de l'Elysée, soupçonnant des "omissions, incohérences, et "contradictions" dans leurs témoignages.

De nouveaux ennuis judiciaires pour Alexandre Benalla ? La commission d'enquête du Sénat, qui a rendu ses conclusions mercredi 20 février, a demandé au bureau de la chambre haute de saisir la justice pour "faux témoignages" contre l'ancien conseiller de l'Elysée et  contre son ami Vincent Crase. Dans une lettre adressée au président du Sénat Gérard Larcher, la commission pointe également des "dysfonctionnements majeurs" au sommet de l'Etat, met en cause le témoignage de trois hauts responsables à l'Elysée, et recommande d'en finir avec les "collaborateurs 'officieux' du président de la République".

Le gouvernement dénonce des "contrevérités". Lors de son point presse hebdomadaire, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a dénoncé le contenu du rapport, sans plus de précision.

Des "dysfonctionnements" au sommet de l'Etat. Dans sa lettre, la commission d'enquête estiment notamment que "des pouvoirs excessifs" ont été "laissés à un collaborateur inexpérimenté", Alexandre Benalla. Mais aussi que l'Elysée a eu tort de maintenir sa confiance à ce dernier après les violences du 1er mai, et que "des faits [ont été] dissimulés à la justice" en ne saissant pas le procureur. Elle exprime également des doutes sur la réalité de la sanction infligée au jeune homme, et pointe un "manque de dilifence dans le suivi et le retrait des moyens" qui lui étaient alloués, dont ses passeports. Elle formule 13 recommandations, dont la fin de l'emploi de "collaborateurs 'officieux'" par l'Elysée.

 Benalla et Crase accusés de "faux témoignages". Les membres de la commission estiment que "contrairement à ses affirmations, [Alexandre Benalla] assurait bien, dans les faits, une fonction de protection rapprochée du chef de l'Etat". Il est aussi épinglé pour ses déclarations au sujet de ses passeports. Lui et Vincent Crase sont aussi soupçonnés d'avoir menti sur un contrat négocié avec un oligarque russe. Le bureau du Sénat décidera de transmettre ou non ces faits à la justice.

Alexandre Benalla incarcéré mardi. L'ancien conseiller du président de la République et son ami Vincent Crase ont été placés en détention provisoire après la révocation de leur contrôle judiciaire. Celui-ci leur interdisait de communiquer ensemble, mais des enregistrements publiés par le site Mediapart ont montré qu'ils s'étaient rencontrés le 26 juillet.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BENALLA

00h02 :

• Nouvelle définition de l’antisémitisme, proposition de loi pour lutter contre la haine sur internet, dissolution de trois associations d'extrême droite... Emmanuel Macron a fait plusieurs annonces pour lutter contre l'antisémitisme, lors du dîner du Crif, ce soir à Paris. Voici notre récapitulatif.

Le gouvernement a dénoncé "beaucoup de contrevérités" dans le rapport du Sénat présenté ce matin. La commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla a demandé la saisine de la justice pour "faux témoignage" de la part d'Alexandre Benalla et de Vincent Crase, tous deux en détention provisoire depuis hier. Retrouvez les principaux points à retenir de ce rapport.

Patronat et syndicats ont acté l'échec des négociations sur l'assurance-chômage. Elles ont notamment achoppé sur la question de la lutte contre les contrats précaires. C'est désormais le gouvernement qui va prendre le relais des partenaires sociaux.

La banque suisse UBS a été condamnée à une amende record de 3,7 milliards d'euros pour démarchage bancaire illégal et blanchiment aggravé de fraude fiscale par le tribunal correctionnel de Paris. Elle est accusée d'avoir aidé des milliers de contribuables français à échapper au fisc entre 2004 et 2012.

Ce direct est terminé, il reprendra à 6 heures. Retrouvez tous nos articles sur notre page d'accueil.

23h52 :

Dans quelle conditions est emprisonné Alexandre Benalla ? L’ex-chargé de mission de l’Elysée, dont le contrôle judiciaire a été révoqué hier, est apparu "détendu" à son arrivée à la prison de la Santé, assure Le Parisien. Il a intégré le quartier des personnes vulnérables, où sont situés les détenus les plus médiatiques. "Il ne s’agit pas d’un traitement de faveur. La détention n’y est pas plus souple", précise l'administration pénitentiaire au quotidien.

(GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

23h09 :

Voici les articles que nous vous recommandons sur notre site aujourd'hui :

Un résumé des révélations qui concernent Alexandre Benalla, depuis l'éclatement du scandale, en juillet

(GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Notre article sur les suites possibles de l'affaire Benalla, après la publication du rapport de la commission d'enquête du Sénat

(FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Notre récit sur la carrière de Karl Lagerfeld chez Chanel

(PATRICK KOVARIK / AFP)

22h01 :

Les nouvelles règles établies impliquent que "le collaborateur doit être amené de manière régulière à effectuer des missions de reconnaissance ou des voyages officiels", précise l'Elysée.

22h00 :

Les conditions d’attribution de passeports diplomatiques ont été durcies dans le cadre d’une vaste réorganisation de l’Elysée, et sous la pression de l'affaire Benalla, a appris franceinfo, confirmant une information du Parisien.

20h12 :

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a déploré que "beaucoup des préconisations" du rapport du Sénat dans l'affaire Benalla "concernent l'organisation interne de l'Élysée". Un fait, selon elle, en contradiction avec le principe de séparation des pouvoirs.

20h02 :

Emmanuel Macron est attendu ce soir au dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), à Paris. "On prendra des actes, on prendra des lois et on punira", avait déclaré hier le chef de l'Etat à Quatzenheim (Bas-Rhin), où une centaine de tombes du cimetière juif ont été profanées.

Le gouvernement dénonce "beaucoup de contrevérités" dans le rapport du Sénat présenté ce matin. La commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla a demandé la saisine de la justice pour "faux témoignage" de la part d'Alexandre Benalla et de Vincent Crase, tous deux en détention provisoire depuis hier. Retrouvez les principaux points à retenir de ce rapport.

La Cour de cassation ordonne un nouveau procès en appel pour la mère de la petite Fiona. Cécile Bourgeon, condamnée en appel à vingt ans de réclusion pour des coups mortels sur sa fille, devrait être libérée rapidement.

Patronat et syndicats ont acté l'échec des négociations sur l'assurance-chômage. Elles ont notamment achoppé sur la question de la lutte contre les contrats précaires. C'est désormais le gouvernement qui va prendre le relais des partenaires sociaux.

18h04 :

Voici un nouveau point sur l'actualité de ce mercredi :

Le gouvernement dénonce "beaucoup de contrevérités" dans le rapport du Sénat présenté ce matin. La commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla a demandé la saisine de la justice pour "faux témoignage" de la part d'Alexandre Benalla et de Vincent Crase, tous deux en détention provisoire depuis hier. Retrouvez les principaux points à retenir de ce rapport.

La Cour de cassation ordonne un nouveau procès en appel pour la mère de la petite Fiona. Cécile Bourgeon, condamnée en appel à vingt ans de réclusion pour des coups mortels sur sa fille, devrait être libérée rapidement.

Patronat et syndicats ont acté l'échec des négociations sur l'assurance-chômage. Elles ont notamment achoppé sur la question de la lutte contre les contrats précaires. C'est désormais le gouvernement qui va prendre le relais des partenaires sociaux.

La banque suisse UBS a été condamnée à une amende record de 3,7 milliards d'euros pour démarchage bancaire illégal et blanchiment aggravé de fraude fiscale par le tribunal correctionnel de Paris. Elle est accusée d'avoir aidé des milliers de contribuables français à échapper au fisc entre 2004 et 2012.

17h54 : "Si le pouvoir exécutif se prononçait sur l'organisation du travail des assemblées, on crierait à la fin de la séparation des pouvoirs."

Le porte-parole du gouvernement a accueilli très froidement le rapport d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla, qui souligne des dysfonctionnements au plus haut sommet de l'Etat. "Nous sommes très attachés à la séparation stricte des pouvoirs dans notre pays (...) Je trouve curieux que les assemblées aient à se prononcer sur l'organisation du pouvoir exécutif", a-t-il estimé. Pourtant, le contrôle de l'exécutif est bien l'un des rôles conféré au Parlement par la Constitution, comme nous l'expliquons dans notre article.

15h07 :

L'ouverture de cette enquête préliminaire n'est pas liée au rapport du Sénat publié ce jour, ni à l'incarcération d'Alexandre Benalla hier.

15h04 :

L'enquête préliminaire du parquet de Paris pour "entrave à la manifestation de la vérité", dont nous vous parlions il y a quelques minutes, a été ouverte le 15 février et vise notamment des propos tenus en garde à vue par Alexandre Benalla sur son coffre-fort, qui n'a jamais été retrouvé par les enquêteurs. L'enquête porte également sur les enregistrements de ses conversations avec son ami Vincent Crase, dans lesquelles ils évoquent des messages effacés de leur téléphone.

14h41 :

Le parquet de Paris ouvre une enquête pour "entrave à la manifestation de la vérité" dans le cadre de l'affaire Benalla.

14h26 :

Le porte-parole du gouvernement, qui s'exprimait dans le cadre du compte-rendu du Conseil des ministres, n'a pas précisé quelles étaient, selon l'Elysée, les "contrevérités" contenues dans le rapport sénatorial. Il a également évoqué une "immixtion" du pouvoir législatif dans l'exécutif.

14h24 :

Le gouvernement va apporter "des explications factuelles à un certain nombre de contrevérités qui se trouvent dans le rapport" sénatorial, annonce Benjamin Griveaux.

14h11 :

Voici un nouveau point sur l'actualité de ce mercredi :

La commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla a demandé au bureau du Sénat de saisir la justice pour "faux témoignage" de la part d'Alexandre Benalla et de Vincent Crase, tous deux en détention provisoire depuis hier. Retrouvez les principaux points à retenir du rapport présenté aujourd'hui par les sénateurs.

La banque suisse UBS a été condamnée à une amende record de 3,7 milliards d'euros pour démarchage bancaire illégal et blanchiment aggravé de fraude fiscale par le tribunal correctionnel de Paris. Elle est accusée d'avoir aidé des milliers de contribuables français à échapper au fisc entre 2004 et 2012.

• L'homme soupçonné d'avoir proféré des injures à caractère antisémite envers le philosophe Alain Finkielkraut a été placé en garde à vue à Mulhouse. Fils d'un père algérien et d'une mère française, Benjamin W. est un musulman converti connu des services de renseignement. Voici ce que l'on sait de cet homme.

Un skieur français a succombé à ses blessures cette nuit après avoir été emporté par une avalanche sur une piste de la station de Crans-Montana, dans les Alpes suisses. Les images de la coulée de neige, filmées par un autre skieur, sont impressionnantes.

13h59 :

Bonjour ! Le Sénat a publié sur son site internet le rapport complet, annexes incluses, de la commission d'enquête sur l'affaire Benalla. Vous pouvez le retrouver sur cette page, de même qu'un dossier de presse qui synthétise le contenu de ce rapport.

13h57 :

Bonjour Ilan et toute la rédaction.Existe-t-il un lien vers le rapport de la Commission des Lois au sujet de l’affaire #Benalla ? Bonne journée à tous.

13h57 :

Pour quand une copie complète du rapport?

Les travaux de la commission d'enquête du @Senat sont à la hauteur des exigences de notre République par leur qualité, leur sérieux, leur rigueur. C'est ainsi que l'autorité et la confiance en nos institutions doit être rétablie.

Collaborateurs menteurs, un dircab + un SG de l'Elysée coupables d'omissions, d'incohérences et contradictions, des députés qui enterrent une commission d'enquête, des ministres comme Belloubet qui font pression sur celle du Sénat... C'est la République Bananière En Marche.

13h22 :

Plusieurs personnalités politiques réagissent au rapport sénatorial sur l'affaire Benalla. Jean-Luc Mélenchon parle de "République bananière en marche", tandis que le député socialiste Boris Vallaud parle d'un rapport "à la hauteur des exigences de notre République".

12h56 :

Retrouvez dans cet article ce qu'il faut retenir de cette conférence de presse de la commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla.



(MAXPPP)

13h06 :

Vous n'avez pas pu suivre attentivement la conférence de presse de la commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla ? Voici les principaux points à retenir :

• Des poursuites ont été demandées pour "faux témoignage" ont été demandées contre Alexandre Benalla et Vincent Crase.

• Trois hauts responsables de l'Elysée – Patrick Strzoda, Alexis Kohler et le général Lionel Lavergne sont soupçonnés d'"omissions", d'"incohérences" et de"contradictions".

• Le rôle des "collaborateurs officieux" du président est dénoncé par la commission.

• La commission souligne la faiblesse des sanctions prononcées par l'Elysée.

Les 13 propositions de la commission d’enquête https://t.co/kCNso2sahb


12h16 :

La conférence de presse de la commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla se poursuit. Les deux corapporteurs Jean-Pierre Sueur et Muriel Jourda, donnent à présent lecture de 13 propositions formulées par la commission.

12h13 :

On fait le point sur les principaux titres de la matinée :

La commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla a demandé au bureau du Sénat de saisir la justice pour "faux témoignage" de la part d'Alexandre Benalla et de Vincent Crase, tous deux en détention provisoire depuis hier. Vous pouvez suivre la conférence de presse dans notre direct.

• Un homme soupçonné d'avoir proféré des injures à caractère antisémite envers le philosophe Alain Finkielkraut a été placé en garde à vue à Mulhouse, a indiqué le parquet de Paris.

• La Première ministre britannique Theresa May remet le cap sur Bruxelles cet après-midi, dans l'espoir de modifier l'accord du Brexit déjà conclu avec l'UE.

• Un skieur français a succombé à ses blessures cette nuit après avoir été emporté par une avalanche sur une piste de la station de Crans-Montana, dans les Alpes suisses.

11h59 : "Le permis de port d'arme d'Alexandre Benalla montre que le chargé de mission jouait un rôle de protection rapprochée"

, développe la commission d'enquête du Sénat.

11h59 :

La commission d'enquête du Sénat critique aussi "une confiance maintenue et une collaboration poursuivie après les graves dérapages commis par [Alexandre Benalla] le 1er mai 2018" place de la Contrescarpe à Paris, ainsi qu'"une remontée d'informations défaillante au sein de l'institution policière et de l'exécutif" sur ces faits.




(NAGUIB-MICHEL SIDHOM / AFP)

11h46 :

Pendant ses six mois d'enquête, la commission a réalisé "34 auditions, entendu 40 personnes, et adressé une trentaine de demandes de complément d'information à la présidence de la République ainsi qu'à plusieurs ministres et responsables d'administration".

11h45 :

Les co-rapporteurs rappellent que "tout témoignage mensonger devant une commission d'enquête parlementaire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende", peines pouvant être portées à sept ans d'emprisonnement et 100 000 euros d'amende "en cas de circonstances aggravantes".

11h44 :

Voici les principaux points de la lettre de la commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla transmise au président du Sénat Gérard Larcher :

• Le rôle d'Alexandre Benalla dans le dispositif de sécurité.

• Les passeports diplomatiques.

• Le contrat de sécurité privée conclu avec un oligarque russe.

11h34 : "La sécurité du président de la République a été affectée, de nombreuses erreurs ou anomalies ont été constatées, sanctions insuffisantes, justice tenue à l'écart (...) non-respect des règles de déontologie sur les conflits d'intérêt."

11h36 : "Comment il est possible que ces passeports soient restés dans les mains de l'intéressé plusieurs mois après qu'il ait cessé ses activités

[à l'Elysée] ?" interroge Philippe Bas.







11h36 :

Les trois hauts responsables à l'Elysée mis en cause sont Patrick Strzoda, Alexis Kohler et le général Lionel Lavergne. Ils sont soupçonnés d'"omissions", d'"incohérences" et de "contradictions". Notre infographie détaille le rôle de chacun dans ce dossier.




(FRANCEINFO)

11h29 :

La commission évoque notamment "des pouvoirs excessifs laissés à un collaborateur inexpérimenté" dans le domaine de la sécurité du président, et "un sérieux manque de précaution dans la prévention des conflits d'intérêts de certains collaborateurs", en référence au contrat négocié avec un oligarque russe par Alexandre Benalla et Vincent Crase.




(AFP)

11h30 :

La commission d'enquête met en cause le témoignage de trois hauts responsables à l'Elysée.

RT @manonrescan: #Benalla Les principaux dysfonctionnements selon la commission d’enquête https://t.co/SAcV3H9ddc

11h25 :

Philippe Bas précise qu'un rapport sera transmis dès cet après-midi à l'Elysée, conclusion de six mois de travaux. La commission d'enquête y pointe des "dysfonctionnements majeurs" au plus haut niveau de l'Etat.

11h23 : "Il s'agissait pour nous de faire œuvre de vérité, de rendre l'Etat plus transparent, plus efficace, plus respectueux du droit et de permettre aux Français de se faire leur propre jugement"

, poursuit Philippe Bas.

11h29 : "Il n'y aurait pas eu d'affaire Benalla si une sanction appropriée avait déjà été prise le 2 mai 2018 par le licenciement de l'intéressé et l'information du procureur de la République au titre de l'article 40 du Code de procédure pénale"

, déclare Philippe Bas, président de la commission d'enquête du Sénat.

11h28 : "On a vu qu'il avait menti devant cette commission d'enquête. (...) C'est un avis quand même assez largement partagé au sein de la commission"

, a assuré le sénateur LR François-Noël Buffet sur franceinfo. Vous pouvez suivre la conférence de presse dans notre direct.

11h28 :

Sans attendre les conclusions de la commission d'enquête, plusieurs sénateurs avaient déjà estimé que l'ancien chargé de mission de l'Elysée avait menti lors de ses auditions.

11h19 :

La commission sénatoriale demande des poursuites contre Alexandre Benalla pour "faux témoignage"

11h07 :

Les personnes auditionnées par la commission d'enquête depuis fin juillet – plus d'une vingtaine – ont prêté serment et sont passibles de cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende en cas de faux témoignage.

11h08 :

Au Sénat, à majorité d'opposition, la commission des lois s'est réunie un peu après 8 heures à huis clos, sous la présidence de Philippe Bas (LR), pour prendre connaissance du rapport de Jean-Pierre Sueur (PS) et Muriel Jourda (LR).

11h08 :

La commission des lois du Sénat dévoile ce matin son rapport d'enquête sur l'affaire Benalla, ce qui pourrait exposer l'ancien chargé de mission à l'Elysée de nouvelles poursuites judiciaires. Vous pouvez suivre cette procédure dans notre direct.




(GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

10h28 :

Vincent Crase "n’a pas menti devant les sénateurs", a affirmé sur franceinfo Christian Saint-Palais, avocat de Vincent Crase, après que ce dernier a été placé en détention provisoire avec Alexandre Benalla.

09h03 :

On fait le point sur l'actualité à 9 heures :

•Un homme soupçonné d'avoir proféré des injures à caractère antisémite envers le philosophe Alain Finkielkraut a été placé en garde à vue à Mulhouse, a indiqué le parquet de Paris.

• Incohérences, contradictions, voire mensonges : la commission des Lois du Sénat présente ce matin son rapport d'enquête sur l'affaire Benalla, du nom de l'ex-chargé de mission de l'Elysée soupçonné d'avoir menti sous serment et placé la veille derrière les barreaux.

• Avec la mort de Karl Lagerfeld, créateur flamboyant au look unique et aux défilés spectaculaires, qui a relancé la maison Chanel, la mode perd le dernier de ses géants et son icone pop planétaire. Voici sept choses que vous ignorez peut-être sur le créateur.

• La police australienne a lancé un appel à témoins pour tenter de retrouver deux jeunes touristes portés disparus depuis lundi à l'aube, dont un Français.

08h44 : "La présidence de la République a protégé ce jeune homme dans ce qu'il faisait et c'est inacceptable"

, a réagi sur franceinfo François-Noël Buffet, sénateur LR du Rhône, vice-président de la commission des lois du Sénat.

07h34 :

Sa vie pourrait être un scénario de film. Le 18 juillet 2018, Le Monde révélait que l'ancien chargé de mission à l'Elysée avait violenté un couple lors d'une des manifestations du 1er-Mai. Depuis, les révélations pleuvent autour de ses multiples activités. Je fais le point.




(BERTRAND GUAY / AFP)