Elections provinciales en Nouvelle-Calédonie : la droite non indépendantiste reste majoritaire au Congrès

Un bureau de vote lors des élections provinciales à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, le 11 mai 2014.
Un bureau de vote lors des élections provinciales à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, le 11 mai 2014. (FRED PAYET / AFP)

Selon les dernières estimations de la 1ère, les non indépendantistes obtiennent 29 sièges et les indépendantistes 25 sièges.

La droite non indépendantiste reste majoritaire au Congrès de Nouvelle-Calédonie à l'issue des élections provinciales, selon les projections du Haut-commissariat de la République communiquées dimanche 11 mai. Selon les dernières estimations de la 1ère, les trois partis de la droite non indépendantistes obtiennent 29 sièges sur 54 et les indépendantistes 25 sièges.

Le parti de centre droit Calédonie Ensemble remporte 14 sièges à lui seul, soit une nette avance. De leur côté, les indépendantistes totalisent 25 élus contre 23 lors de la précédente mandature. Toutefois, les indépendantistes kanak progressent dans l'archipel.

La clé pour un référendum d'autodétermination

"Le Congrès qui sortira des urnes ce dimanche pourra, à condition de réunir les 3/5èmes de ses membres, organiser entre 2014 et 2018 un référendum d'autodétermination. Si les élus du Congrès ne le font pas, l'Accord de Nouméa prévoit que c'est l'Etat qui, d'autorité, organisera ce référendum en 2018", explique La 1ère.

La Nouvelle-Calédonie est divisé en trois provinces : sud, nord et îles Loyauté. Ces provinces ont été crées en 1988 par les accords de Matignon qui ont mis fin aux violences qui ont ensanglanté la Nouvelle-Calédonie pendant les années 80. Chacune de ces provinces dispose d'une Assemblée dont les membres sont élus pour cinq ans. C'est pour élire les membres de ces trois assemblées que les électeurs de Nouvelle-Calédonie se rendent aux urnes dimanche, rappelle La 1ère.fr.

Vous êtes à nouveau en ligne