Élection législative partielle dans le Lot-et-Garonne : l'UMP et le FN qualifiés, le PS éliminé

(Maxppp)

Le candidat de l'UMP Jean-Louis Costes, avec près de 29 % des voix, devance le candidat Front national Étienne Bousquet-Cassagne, 26,04 % au terme du premier tour de l'élection législative partielle dans le Lot-et-Garonne. Le candidat PS Bernard Barral obtient 23,69 % des voix, mais n'est pas qualifié pour le second tour car il ne rassemble pas un total de 12,5 % des inscrits. Le PS appelle à "faire barrage" au FN.

Le Parti socialiste ne participera donc pas au deuxième tour de l'élection législative partielle organisée dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne. Une circonscription dont le précédent député se nommait Jérôme Cahuzac, et que le PS espérait conserver, pour mettre derrière lui une affaire qui lui aura finalement causé beaucoup de tort, en termes d'image, et donc de politique. Bernard Barral n'a pas réussi à prendre le flambeau, n'obtenant que 23,69 % des voix, mais surtout 10,35 % des inscrits, soit un score insuffisant - car inférieur aux 12,5 % requis - pour accéder au second tour.

Sur son site personnel, François Fillon estime que "la sanction est tombée " : "C'est la sanction du comportement d'un homme, Jérôme Cahuzac [...] C'est la sanction d'une majorité sans cap, ni autorité ".

Après les deux circonscriptions des Français de l'étranger concernées par une élection législative partielle au début du mois - et perdues - le Parti socialiste perd donc encore un député ; il conserve cependant la majorité absolue à l'Assemblée nationale. Mais avec 291 sièges désormais, elle ne tient plus qu'à deux unités.

> Consultez les résultats définitifs de l'élection législative partielle dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne

Vous êtes à nouveau en ligne