VIDEO. Présidentielle 2022 : "Il n’y a pas de candidat naturel" chez les écologistes, affirme Yannick Jadot

franceinfo/radiofrance

Le député européen, invité de franceinfo mardi matin, espère que les débats dans son parti pour désigner le futur candidat ne s'éterniseront pas. 

"Il n’y a pas de candidat naturel, la nature se fout totalement de Yannick Jadot dans cette histoire", a indiqué sur franceinfo l’eurodéputé EELV mardi 24 août interrogé sur le choix du candidat écologiste pour l’élection présidentielle de 2022. "Ce sont les militants qui trancheront. Nous on est pour un vote, c’est ce qui nous différencie de Jean-Luc Mélenchon. On attend qu’il décide seul", a poursuivi Yannick Jadot. 

Répondant à Jean-Luc Mélenchon qui dit "ne pas croire au capitalisme vert", Yannick Jadot, affirme que l’on "ne fera pas la transition écologique sans les entreprises". Le député européen se rendra à l’université d’été du Medef, jeudi après-midi, à l’hippodrome de Longchamp pour "y tenir un discours de vérité. Rappeler que les plans de relance, historiquement, qui créent le plus d’activité économique, le plus d’innovation et le plus d’emplois sont les plus orientés vers la lutte contre le dérèglement climatique et la protection du vivant".

J’ai envie de participer à réparer ce pays, de lui offrir des perspectives.

Yannick jadot

à franceinfo

"Les écologistes ont une responsabilité historique dans le moment qui vient, peut-être plus que n’importe quelle autre force politique, selon Yannick Jadot, parce que nous sommes le mouvement qui suscite l’espoir d’une transformation profonde de la société". Sur le calendrier de la désignation du candidat, "ce que je souhaite c’est que les écologistes ne restent pas trop longtemps dans leur débat interne", explique-t-il. Quand on a une telle responsabilité […] on ne s’y prend pas au dernier moment, on s’organise", espère-t-il.

Yannick Jadot souhaite "rompre avec une forme d’exercice solitaire de l’État qu’incarne jusqu’à la caricature Emmanuel Macron entouré de technocrates", une forme de démocratie "qui épuise et divise la société". Le député européen estime que les écologistes doivent se donner la "conviction que l’on peut gagner les régionales, les départementales, et que ‘l’on peut gagner en 2022". 

Vous êtes à nouveau en ligne