"Un accord contre-nature" : les opposants à Gérard Collomb dénoncent son ralliement au candidat LR pour la présidence de la métropole lyonnaise

Le maire de Lyon, Gérard Collomb, lors d\'une conférence de presse le 28 mai 2020 pour annoncer une alliance le parti LR avant le second tour des élections municipales à Lyon.
Le maire de Lyon, Gérard Collomb, lors d'une conférence de presse le 28 mai 2020 pour annoncer une alliance le parti LR avant le second tour des élections municipales à Lyon. (JEFF PACHOUD / AFP)

L'accord entre la droite et le candidat investi par LREM vise notamment à battre le candidat écologiste Bruno Bernard, arrivé largement en tête au premier tour des élections municipales.

Le maire de Lyon Gérard Collomb a annoncé, jeudi 28 mai, à la surprise générale qu'il renonçait à la présidence de la métropole au profit du candidat Les Républicains François-Noël Buffet. En partie pour faire barrage aux écologistes qui ont survolé le premier tour des élections municipales, laissant loin derrière Gérard Collomb, investi par La République en marche.

David Kimelfeld est le premier à réagir parmi les candidats à l'élection métropolitaine. L'actuel président de l'agglomération lyonnaise a été placé là par Gérard Collomb quand il est parti à Paris pour être ministre de l'Intérieur. Les deux élus avançaient alors main dans la main. Depuis, le fossé se creuse. "Gérard Collomb, investi par LREM, passe un accord contre-nature et surtout contraire aux grandes valeurs humanistes de ce territoire et en particulier de Lyon, avec Laurent Wauquiez, la plus conservatrice des droites", déplore-t-il.

Une "coalition anti-climat"

"C’est aussi une alliance qui ne repose sur aucun projet. Le seul projet pour Gérard Collomb, c'est d'essayer de conserver quelques postes. Et pour Laurent Wauquiez, c'est de préparer sa réélection à la région Auvergne-Rhône-Alpes", dénonce David Kimelfeld, qui maintient ses listes au second tour, entre la nouvelle alliance Collomb-Les Républicains, et les écologistes donnés favoris. "Au premier tour, ils ont porté tous des propositions en voulant plus d'écologie, explique Bruno Bernard, tête de liste Europe Ecologie-Les Verts à l'élection métropolitaine. Aujourd'hui, la seule proposition, c'est de ne pas vouloir les écologistes." 

Ça clarifie le choix de cette élection entre cette coalition anti-climat et la liste des écologistes pour la justice sociale, pour réduire les inégalités territoriales, pour préserver le climat et mettre fin aux pics de pollution.Bruno Bernard, tête de liste EELV à l'élection métropolitaineà franceinfo

Les listes sont à déposer avant mardi 2 juin. Les tractations vont se poursuivre tout le week-end.

Lyon : réactions au ralliement de Gérard Collomb au candidat LR - Reportage de Mathilde Imberty
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne