Plan climat : "Si on ne sort pas du nucléaire, tout le reste c'est de la blague", selon Yannick Jadot

Yannick Jadot, eurodéputé Europe Écologie-Les Verts (EELV).
Yannick Jadot, eurodéputé Europe Écologie-Les Verts (EELV). (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)

L'eurodéputé Europe Écologie Les Verts, Yannick Jadot, a réagi jeudi au "plan climat" présenté par le ministre de la Transition écologique mardi. Il attend du gouvernement qu'il soit capable "de rupture" sur les questions environnementales. 

Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique a dévoilé jeudi 6 juillet son plan climat pour le quinquennat. Il prévoit notamment la fin des véhicules à essence et à diesel d'ici 2040. Pour l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot, invité sur franceinfo, Nicolas Hulot fixe "un cap intéressant" mais "la clé du problème c'est le nucléaire".

Le député écologiste estime que si les 15 EPR ne sont pas fermés d'ici 2022, "Nicolas Hulot aura perdu contre Emmanuel Macron et Édouard Philippe". Il en appelle à des mesures de "ruptures" dans les mois qui viennent.

franceinfo : La sortie du nucléaire est-elle le parent pauvre de ce plan climat ?

Yannick Jadot : Il fixe un cap très intéressant pour la sortie du carbone d'ici 2050 et sur la fin des véhicules à essence en 2040. Mais est-ce que ce gouvernement est capable de rupture dans les cinq ans qui viennent? Si on ne ferme pas les réacteurs nucléaires, tout le reste c'est de la blague. La France est l'un des pays les plus en retard sur ses objectifs en matière d'énergies renouvelables. On investit des milliards et des milliards à fonds perdus sur la faillite industrielle des EPR prévus pour Hinckley Point ou Flammanville. On sacrifie nos énergies renouvelables alors qu'on pourrait créer de l'emploi et aider les ménages à dépenser moins pour leur chauffage. 

L'arrêt du nucléaire, c'est vraiment la clé. C'est comme si on disait que l'on mange du bio mais que l'on continue à utiliser les pesticides.Yannick Jadot, eurodéputé EELVà franceinfo

Sinon, Édouard Philippe, ancien d'Areva ou Emmanuel Macron qui adore les EPR, auront gagné contre Nicolas Hulot. Mais tout le monde aura perdu car on crée trois fois plus d'emplois dans les énergies renouvelables que dans le nucléaire.

Nicolas Hulot prévoit aussi que le parc automobile soit entièrement électrique d'ici à 2040, est-ce possible malgré les lobbys pétroliers ?

Il faut suivre ce que font Tesla, Toyota et Volvo en matière de rupture technologique. Si on laissait les lobbys pétroliers décider, on consommerait deux fois plus de pétrole aujourd'hui. C'est une responsabilité politique. Est-ce que la santé est plus importante que le diesel ? On a la technologie aujourd'hui pour que l'industrie automobile soit une industrie propre et intelligente.

>> À lire aussi : Plan climat : "Des voitures électriques de luxe à 150 000, tout le monde sait faire. L'objectif, c'est autour de 20 000 euros"

Vous êtes à nouveau en ligne