Municipales à Montpellier : les esprits s'échauffent chez les Verts

Dans la ville, un sondage donnait une candidate gagnante, mais la tête de liste d'EELV ne portera pas les couleurs de son parti en mars prochain. Elle a été évincée.

Tout semblait si bien parti pour Clothilde Ollier à Montpellier (Hérault). Vainqueure de la primaire écologiste organisée en septembre et donnée gagnante dans les sondages locaux, elle devait ravir l'hôtel de ville au maire sortant. Mais son parti en a décidé autrement en lui retirant son investiture. "Nous avons constaté effectivement dans les dernières semaines qu'il y avait de plus en plus de décisions dans cette campagne qui étaient prises de manière isolée sans concertation, et pour Montpellier (Hérault), pour l'écologie, il nous a semblé en responsabilité qu'il fallait remettre du collectif dans cette campagne et redonner la main aux militants locaux pour qu'ils choisissent à la fois leur tête de liste et les orientations pour la campagne écologiste à Montpellier", indique Eva Sas, membre du bureau exécutif d'Europe Écologie-Les Verts.

Se réunir

Certains critiquaient notamment son rapprochement avec La France insoumise. Si Clothilde Ollier n'a pas encore réagi à cette annonce, son adversaire malheureux à la primaire, Jean-Louis Roumégas a évoqué des "choix contestables" et plaide désormais pour une "réunification". Personne ne sait encore qui prendra la tête de la liste désormais. Réponse peut-être le 3 février prochain quand les militants se réuniront en assemblée générale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne