Transition énergétique : Bruno Le Maire "sabote tous les efforts" et "déstabilise" le groupe Engie

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Le député européen EELV Yannick Jadot accuse notamment le ministre de l'Economie "de vouloir débarquer" Isabelle Kocher, la présidente d'Engie, une entreprise qui "est en train de faire sa révolution énergétique".

"Bruno Le Maire à la tête de Bercy sabote tous les efforts en matière de transition énergétique", a déclaré Yannick Jadot, député européen Europe Ecologie-Les Verts, mercredi 5 février sur franceinfo. "Il n'y a que le business et l'argent qui compte pour lui. Il a baissé de moitié le budget sur l'isolation des logements au moment où c'est une priorité absolue, il essaie en permanence de torpiller les efforts en matière d'énergies renouvelables", justifie l'ex-patron d'EELV.

"Une campagne de destabilisation"

En particulier, Yannick Jadot défend la présidente d'Engie, Isabelle Kocher, dont le mandat arrive à échéance en mai et qui pourrait ne pas être reconduite. "Que Bruno Le Maire arrête de vouloir débarquer Isabelle Kocher, qui est la seule femme dirigeante du CAC 40, qu'il arrête de déstabiliser ce groupe", demande le député européen. "C'est une entreprise qui n'est pas parfaite, qui a encore des actifs dans le charbon, dans le gaz. Mais c'est une entreprise qui, sous la direction d'Isabelle Kocher, est en train de faire sa révolution énergétique", assure-t-il.

"Notre combat c'est que l'économie change et respecte le climat. Et on là une entreprise qui se met sur l'efficacité énergétique, la rénovation, les énergies renouvelables, à la tête d'un groupe qui pèse 60 milliards, 160 000 salariés. Et vous avez depuis des semaines, des mois, un gouvernement et certains responsables à Engie qui mènent une campagne très malsaine de déstabilisation", dénonce Yannick Jadot.

Questionné sur l'influence des lobbies dans cette campagne de "déstabilisation", Yannick Jadot répond sans détour : "Bien sûr. D'ailleurs ceux qui attaquent en interne Isabelle Kocher, ce sont ceux qui ont été nommés par Emmanuel Macron et Bruno Le Maire".

Vous êtes à nouveau en ligne