Dominique de Villepin a annoncé dimanche qu'il allait rencontrer de nouveau lundi le président Nicolas Sarkozy

Dominique de Villepin sur les marches de l\'Elysée (24 février 2011)
Dominique de Villepin sur les marches de l'Elysée (24 février 2011) (AFP/PATRICK KOVARIK)

Mais il a immédiatement précisé que "la réponse face à une montée du Front national, c'est l'engagement, c'est la conviction, c'est la République. Ce n'est quand même pas ceux qui ont tiré la sonnette d'alarme depuis quatre ans qui doivent aujourd'hui s'effacer".

Mais il a immédiatement précisé que "la réponse face à une montée du Front national, c'est l'engagement, c'est la conviction, c'est la République. Ce n'est quand même pas ceux qui ont tiré la sonnette d'alarme depuis quatre ans qui doivent aujourd'hui s'effacer".

Il répondait indirectement à la secrétaire d'Etat aux Solidarités, Marie-Anne Montchamp, ex porte-parole du parti villepiniste République solidaire, qui a demandé dimanche à Dominique de Villepin de "ne pas être candidat" en 2012, pour ne pas favoriser "la candidate Marine Le Pen".

C'est la deuxième fois en quinze jours que M. Sarkozy reçoit M. de Villepin , à quelques semaines de son procès en appel (en mai), dans l'affaire Clearstream. La rencontre de lundi doit porter "évoquer le conseil européen extraordinaire de vendredi sur la situation en Libye et dans la Méditerranée". La rencontre du 24 février dernier avait porté sur la préparation du G20. Juste avant cette rencontre, l'ex-Premier ministre avait annoncé qu'il quitterait l'UMP en 2011.

Le procès en appel de l'affaire Clearstream, voulu officiellement par le parquet, est prévu pour le mois de mai.

Vous êtes à nouveau en ligne