Politique : le projet de loi de programmation des finances publiques rejeté à l'Assemblée nationale

Les députés au sein de l\'hémicycle de l\'Assemblée nationale, le 4 octobre 2022, à Paris. 
Les députés au sein de l'hémicycle de l'Assemblée nationale, le 4 octobre 2022, à Paris.  (QUENTIN DE GROEVE / HANS LUCAS / AFP)

Plus tôt dans l'après-midi, les députés se sont réunis dans l'hémicycle pour une première séance de questions au gouvernement houleuse.

>> Ce direct est désormais terminé. 

Premier échec pour le gouvernement d'Elisabeth Borne. Le projet de loi de programmation des finances publiques a été rejeté en commission des finances, mardi 4 octobre. Les oppositions se sont unies pour s'opposer en bloc au texte. Résultat : 36 voix se sont exprimées contre, et 30 voix pour. Le texte prévoyait notamment cinq ans de baisse des dépenses publiques et un retour du déficit public sous la barre des 3% du PIB d'ici cinq ans. 

 La date du congrès du PS révélée. Les grandes manoeuvres ont commencé au PS, où les opposants à la ligne pro-Nupes fourbissent leurs armes pour tenter de battre le premier secrétaire Olivier Faure lors du prochain congrès, avec en ligne de mire les européennes. Le congrès aura lieu du 27 au 29 janvier 2023, à Marseille, et l'élection du premier secrétaire le 19 janvier, a annoncé le parti à l'issue d'un conseil national mardi soir.

 Elisabeth Borne réagit aux accusations de violences visant certains politiques. "Depuis plusieurs semaines, on fait fi des règles élémentaires de l'Etat de droit", a déploré la Première ministre, mardi, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée. Une référence à la mise en retrait du député Julien Bayou de son poste de secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts à la suite d'accusations de violences psychologiques envers une ex-compagne. "En ces domaines, seule l'institution judiciaire peut déterminer les faits, dire le droit et sanctionner", a-t-elle fait valoir. 

Passe d'armes entre Aurore Bergé et La France insoumise sur les violences faites aux femmes. "Depuis plusieurs semaines, on loue la vertu de celui qui reconnaît des faits de violences conjugales. Depuis plusieurs semaines, on entend ceux qui parlent de leur affection pour un homme qui frappe sa femme", a déclaré la présidente du groupe Renaissance, Aurore Bergé, mardi, semblant faire référence à l'affaire visant le député LFI Adrien Quatennens. Une adresse qui n'a pas manqué de faire réagir dans les rangs de la Nupes, d'où sont montés des huées contre la députée des Yvelines.

Une "banalisation des affaires par le président" jugée "inacceptable" par Olivier Marleix. Le patron des députés Les Républicains à l'Assemblée s'est exprimé sur l'affaire visant le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, mis en examen et maintenu en poste. "Il paraît édifiant que le ministre de la Justice reste en fonction", a-t-il également déclaré à propos des soupçons de conflits d'intérêts qui visent le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti. 

Vous êtes à nouveau en ligne