Déjeuner marseillais chez les Le Pen autour d'une liste électorale

(Marion Maréchal-Le Pen et son grand-père, qui vont déjeuner pour s'entendre sur une liste aux régionales an PACA. © Maxppp)

Marion Maréchal-Le Pen et Jean-Marie Le Pen ont prévu de déjeuner ensemble aujourd'hui à Marseille à l'occasion de la dernière session du conseil régional de la mandature. Le patriarche souhaite négocier avec sa petite-fille des places pour ses proches dans la liste aux régionales et sa petite-fille veut éviter une liste dissidente.

A quelques jours du comité national d'investiture qui se tiendra lundi à huis-clos au siège du parti, Jean-Marie Le Pen joue le tout pour le tout pour tenter de convaincre sa petite-fille d'intégrer sur sa liste certains de ses proches. Davantage en tous cas que la dizaine de conseillers sortants déjà investis, les autres ayant été jugé indésirables, incompatibles avec la ligne du parti.

Risque de liste dissidente

Tiraillée entre son grand-père et sa tante présidente Marion Maréchal-Le Pen va tout faire pour obtenir le soutien officiel du vieux menhir. Et empêcher la constitution d'une liste dissidente qui pourrait lui nuire dans sa course à la présidence de la région PACA. Le dernier mot c'est Marine Le Pen qui l'aura. Les relations avec son père, malgré des signes d'apaisements ces derniers temps, ne se sont pas franchement arrangées. Du coup, Jean-Marie Le Pen a contre-attaqué sur le terrain judiciaire, une fois de plus, pour réclamer cette fois sa reintégration et deux millions d'euros d'indemnités.

Malgré ce conflit politico-familial interminable, les mises en examen dans l'affaire du financement du Front National, sondage après sondage, le parti frontiste progresse dans les intentions de vote pour les régionales.

Vous êtes à nouveau en ligne