VIDEO. Taubira réaffirme que "la déchéance de nationalité n'est pas souhaitable"

Christiane Taubira, le 6 janvier 2015 à l\'hôtel Matignon, à Paris.
Christiane Taubira, le 6 janvier 2015 à l'hôtel Matignon, à Paris. (YANN KORBI / CITIZENSIDE.COM / AFP)

La ministre de la Justice l'a indiqué jeudi sur le plateau d'i-Télé.

"Je ne fais pas mystère du fait que oui, je pense que la déchéance de nationalité n'est pas souhaitable pour des Français binationaux". Invitée de la chaîne i-Télé jeudi 7 janvier, Christiane Taubira a réaffirmé son opposition à la déchéance de nationalité pour les Français binationaux.

"L'efficacité [de cette mesure], je l'ai dit avant tout le monde (...) et le Premier ministre en a convenu sans difficulté, est absolument dérisoire", a-t-elle ajouté. "Par contre, cela touche à un pilier important et je ne m'en suis pas caché"

L'opposition s'engouffre dans la brèche

La ministre s'était récemment inquiétée de la mise en cause par cette mesure, présentée comme un moyen de lutte contre le terrorisme, du principe du droit du sol et d'une rupture d'égalité entre les citoyens. C'est pourtant elle, réputée proche des "frondeurs" de l'aile gauche de la majorité, qui doit défendre devant l'Assemblée nationale le projet de réforme de la Constitution qui comprend la déchéance de la nationalité, avec le Premier ministre Manuel Valls.

Cette nouvelle prise de position publique intervient au lendemain de la parution d'une tribune du Premier ministre Manuel Valls qui déplorait, dans L'Obs, les "faux débats" autour de la déchéance de nationalité, en défendant une mesure d'"une grande portée symbolique" qui "ne porte pas atteinte au droit du sol, ni à la binationalité".

Immédiatement, l'opposition a profité de cette sortie pour critiquer la ministre. Sur Twitter, Brigitte Kuster, élue du parti les Républicains en Ile-de-France, s'est interrogée sur la cohérence du message porté par le gouvernement. Le directeur du Front national de la jeunesse, lui, a réclamé la démission de Christiane Taubira.

Cette sortie de Christiane Taubira intervient alors que la ministre signe une tribune dans Le Monde en compagnie de Bernard Cazeneuve, justement pour y vanter la cohésion de l'exécutif au sujet du projet de loi visant à renforcer la lutte contre la criminalité organisée. "L'opposition, trop souvent mise en scène entre nos ministères, n'a pas lieu d'être. Nous sommes main dans la main contre le terrorisme", écrit la garde des Sceaux dans le texte, publié avant son intervention sur i-Télé.

Vous êtes à nouveau en ligne