De l'UMP au FN, retour en actes sur les hésitations de Fatima Allaoui

Fatima Allaoui, le 19 décembre 2014 lors d\'une séance au conseil régional de l\'Hérault, à Montpellier.
Fatima Allaoui, le 19 décembre 2014 lors d'une séance au conseil régional de l'Hérault, à Montpellier. ( MAXPPP)

Cette éphémère secrétaire nationale de l'UMP a décidé de rejoindre le parti de Marine Le Pen. 

Entre l'UMP et le FN, Fatima Allaoui a finalement tranché. Démise de ses fonctions de secrétaire nationale de l'UMP parce qu'elle était membre depuis un mois d'un petit parti d'extrême droite allié au FN, elle a finalement rejoint, vendredi 19 décembre, le parti de Marine Le Pen. Francetv info revient en actes sur ce feuilleton. 

Acte 1. L'UMP lui refuse l'investiture, elle adhère à un parti d'extrême droite

En juin 2014, Fatima Allaoui, qui milite à Béziers (Hérault), claque la porte de l'UMP. Elle proteste contre le refus de sa formation de l'investir aux élections départementales dans un canton favorable à la droite, raconte Libération. Pour expliquer sa décision, le parti invoque le cumul des mandats, puisqu'elle est déjà conseillère régionale.

En colère, elle quitte alors l'UMP pour rejoindre le rejoint le Siel (Souveraineté, indépendance et liberté) un petit parti d'extrême droite affilié au Rassemblement bleu Marine. Une décision paradoxale puisque l'élue avait manifesté en mars contre le Front national, comme le rappelle Midi Libre.

Acte 2. L'UMP la nomme secrétaire nationale

Le 12 décembre, alors que Nicolas Sarkozy est en pleine tractation pour composer le nouvel organigramme de l'UMP, il nomme Fatima Allaoui secrétaire nationale de l’UMP à la formation professionnelle. Un nom proposé et imposé par Nathalie Kosciusko-Morizet, rapporte Libération. La conseillère régionale dit aussi avoir été "sauvée" par l’ancienne candidate à la mairie de Paris et avoir été "ramenée au bercail par son entremise". Pour autant, elle ne quitte pas le Siel. Libération, elle dit avoir "fait une crise d'adolescence politique". 

Acte 3. L'UMP la démet de ses fonctions

Immédiatement après les révélations de Libération, l'UMP annonce, lundi 15 décembre, qu'elle démet Fatima Allaoui de ses fonctions. "Madame Allaoui, conseillère régionale UMP de Languedoc-Roussillon (...), a admis avoir adhéré il y a un mois à un parti d'extrême droite. Dans ces conditions, sa responsabilité de secrétaire nationale lui est retirée", a annoncé Nathalie Kosciusko-Morizet dans un communiqué.

Acte 4. Fatima Allaoui rejoint le groupe FN au conseil régional

Le 19 décembre, Fatima Allaoui a finalement décidé de rejoindre le parti de Marine Le Pen. L'annonce a été faite par Louis Aliot, vice-président du Front national. "Je félicite madame Allaoui pour son arrivée au groupe FN Languedoc-Roussillon sur des positions patriotes et républicaines. Bienvenue !" écrit-il sur son compte Twitter en relayant  une photo de la nouvelle recrue en compagnie des élus FN en séance plénière au Conseil régional du Languedoc-Roussillon.