Dans le premier défilé du 14 juillet de François Hollande

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

François Hollande a assisté samedi matin à son premier défilé militaire sur les Champs-Élysées, depuis la tribune dressée place de la Concorde. Résumé en texte et en images de la parade militaire.

10h - Arrivée de françois Hollande

C'est à bord d'un véhicule de commandement et au
côté du chef d'état major des armées, l'amiral Édouard Guillaud que le chef de
l'État a entamé la revue des troupes rassemblées place de l'Étoile avant de
descendre les Champs Elysées pour rejoindre la tribune dressée place de la
Concorde.

L'air sérieux et concentré il a rejoint le
Premier ministre Jean-Marc Ayrault
et la plupart des membres du gouvernement
dont les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale qu'il n'a pas manqué
de saluer chaudement. Valérie Trierweiler, la compagne du Président qui n'a pas
fait d'apparition officielle depuis son tweet du 12 juin, est également
présente au côté des différentes personnalités invitées.

10h15 - Lancement des
festivités

Dès l'arrivée du chef de l'État à la tribune, un
détachement de la Garde républicaine a joué La Marseillaise avant le passage du
bagad de Lann-Bihoué composé de sonneurs de cornemuse, de bombardes, de
batteurs et de percussionnistes, tous issus de la Marine Nationale. 

10h30 - Défilé aérien

S'en est suivi le début du défilé aérien de la Patrouille de France composé
de 66 avions et 32 hélicoptères dont le nouvel hélicoptère multi-missions
Caïman de la marine et surtout le premier survol d'un drone, cet avion de
surveillance sans pilote.

10h40 - Défilé des troupes
terrestres

Le défilé a débuté avec la marche des soldats du
bataillon français de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (Finul),
bérets bleus sur la tête, et la présentation des armes au Président de la
République. Ont suivi de la tribune 120 jeunes issus de 86 pays séjournant en
France.

Placé cette année sur le thème des armées "au service de la Nation et de la paix dans le monde" , la parade militaire met à l'honneur les casques bleus qui servent dans le cadre des forces de l'ONU et les troupes de retour d'opérations extérieures (Opex). 4.950 hommes et femmes des trois armées ainsi que de la Sécurité civile défilent tour à tour fièrement.

11h20 - Défilé des troupes
montées et motorisées

Pas moins de 240 chevaux et leurs cavaliers du
régiment de cavalerie de la Garde républicaine emboîtent le pas aux unités
à pied avant que le défilé motorisé ne prenne place. 

Environ 500 véhicules, chars, motos ou encore
véhicules blindés, ainsi que 1.200 militaires venus de toute la France ont pris
d'assaut les Champs Élysées sous le commandement du général de division Marc
Foucaud.

11h40 - Défilé aérien de
clôture

Les spectateurs lèvent la tête au ciel pour
admirer le défilé aérien, défilé de clôture parfaitement exécuté par 32
hélicoptères. Les derniers appareils à survoler la Concorde sont ceux de la
Sécurité Civile
précédés par ceux de la Gendarmerie Nationale.

11h50 - Animation de haute
voltige en clôture

Onze parachutistes ont pu profiter du temps
parisien clément pour offrir un spectacle de haute voltige. Le largage des parachutistes au pied de la tribune officielle, véritable exploit, clôture la
parade militaire. Un des parachutiste s'est blessé à la jambe lors de son
atterrissage, immobile au sol face à la tribune.

12h - "La France est
fière de vous"

"La
France est fière de vous"
. Ce sont les derniers mots prononcés par François Hollande qui se
retire de la tribune présidentielle. Le chef de l'État se dirige, soucieux,
vers l'extrémité de la tribune où est soigné le parachutiste blessé afin de le
saluer et de le remercier pour sa prestation malgré l'incident, avant de
partir à la rencontre des familles de blessés en Afghanistan.

Un véritable bain de foule l'attend non loin
du cortège présidentiel qui doit l'amener à son deuxième rendez-vous de la
journée: la traditionnelle interview télévisée abandonnée par son prédecesseur,
Nicolas Sarkozy.

Revivez en direct l'interview télévisée de 13h
sur Franceinfo.fr
.