VIDEO. Le débat du Soir 3 : l'écologie sacrifiée ?

La solution pour une fiscalité écologique performante ? Une réforme fiscale globale, estiment les invités du débat du Grand Soir 3 du mercredi 18 septembre. Pascal Durand, Chantal Jouanno et Laurence Tubiana ont été unanimes sur la question, alors que la conférence environnementale s'ouvre dans quelques heures.

La fiscalité verte ne peut être efficace que si elle est pensée dans le cadre d'une réforme fiscale globale. C'est la conviction des invités du débat du Grand Soir 3 du mercredi 18 septembre, à la veille de l'ouverture de la conférence environnementale qui se tiendra les 20 et 21 septembre. "Tous les pays qui ont réussi une fiscalité écologique sont (...) des pays  qui ont fait une réforme fiscale globale", a indiqué Laurence Tubiana, directrice de la chaire de développement durable à Sciences Po. Elle était invitée à se prononcer sur la politique française en matière d'écologie, aux côtés de l'ancienne ministre de l'Ecologie et sénatrice UDI Chantal Jouanno et de Pascal Durand, secrétaire national Europe Ecologie - Les Verts (EELV).

"Il faut que tout le monde entende que la fiscalité écologique, ça ne se rajoute pas.
C'est une fiscalité de transfert", a insisté Pascal Durand. "Cette fiscalité sur ce qui pollue", a-t-il ajouté, doit "permettre des comportements vertueux, donc elle doit créer des emplois".

Interrogée sur les chances du gouvernement de réussir à instaurer une taxe carbone, rebaptisée Contribution climat energie, Chantal Jouanno a estimé que "le problème, c'est le discours global". C'est un discours de fiscalité supplémentaire alors (...) qu'on veut en fiscalité écologique une fiscalité qui se substitue", a-t-elle rappelé. A l'instar de Laurence Tubiana et de Pascal Durand.

Vous êtes à nouveau en ligne