Écologie : l'isolation des vieux logements, nouvel axe de réflexion du gouvernement

France 3

De nombreuses copropriétés sont insuffisamment isolées et consomment énormément d'énergie. Si les travaux sont souvent très chers, ils peuvent être rapidement amortis. Et une taxe pourrait vite convaincre les récalcitrants.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Dans le 12e arrondissement de Paris, un bâtiment est ce qu'on appelle une passoire thermique. 100 000€ de facture de fioul par an pour les copropriétaires, qui continuent pourtant d'avoir froid en hiver. Il y avait urgence à agir. Entre l'isolation, la pose de double-vitrage et l'installation d'une chaudière au gaz, les travaux vont coûter 1,5 million d'euros. Un effort considérable pour les 67 copropriétaires. "On va passer de 100 000 euros annuels de chauffage à 30 000 euros", explique Luc Molins, membre du conseil syndical de l'immeuble. "On va amortir l'investissement sur une quinzaine d'années."

Taxes à venir pour les plus pollueurs

À Paris, seules 1 500 copropriétés ont entrepris des travaux. Pour être aux normes, 46 000 immeubles restent encore à rénover, soit les trois quarts du parc. Des propriétaires qui pourraient bientôt ne plus avoir le choix de sauter le pas. Le gouvernement s'apprêterait à taxer les plus pollueurs d'entre eux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne