Claude Guéant confirme un contrôle de DSK par la police au Bois de Boulogne en 2006

Dominique Strauss-Kahn à Paris le 8 septembre 2011
Dominique Strauss-Kahn à Paris le 8 septembre 2011 (AFP - MICHEL GANGNE)

Dans une interview au "Journal du Dimanche" paru le 3 décembre, Claude Guéant évoque un contrôle de police dont a fait l'objet Dominique Strauss-Kahn au bois de Boulogne en 2006. L'avocat de DSK parle d'exploitation politique.

Dans une interview au "Journal du Dimanche" paru le 3 décembre, Claude Guéant évoque un contrôle de police dont a fait l'objet Dominique Strauss-Kahn au bois de Boulogne en 2006. L'avocat de DSK parle d'exploitation politique.

Au détour d'une interview, Claude Guéant lâche une petite bombe. Dominique Strauss-Kahn a été contrôlé par la police au Bois de Boulogne en 2006.

Pas de guet-apens

" Il n'y a aucune procédure à ce sujet. Il n'était pas tombé dans un guet-apens de la police! Il n'était pas suivi. Ce n'est quand même pas la faute de la police s'il était là-bas ce soir-là!", répond le ministre de l' intérieur.

Pourquoi alors l'évoquer? Certes, M.Guéant répond à une question directe des journalistes sur ce contrôle. Mais les propos du ministre apparaissent comme une réponse aux accusations de la semaine dernière sur le rôle éventuel de l'UMP dans la révélation rapide des évenements du Sofitel du 13 mai dernier.

M.Guéant qualifie de "foutaises et de fantasmes" les théories d'un complot visant DSK.

Exploitation politique

L'avocat de DSK, Richard Malka parle d'une exploitation politique.

" Dominique Strauss-Kahn habitait sur le Bois de Boulogne, au 15 avenue du Maréchal Maunoury. Un soir, en rentrant chez lui, il a fait l'objet d'un contrôle de routine, et rien de plus. En quinze ans de résidence là-bas, il s'est fait contrôler à plusieurs reprises, y compris en compagnie de sa femme Anne Sinclair", explique M.Malka à l'AFP.

Jean-Christophe Cambadélis vient au secours de l'ancien directeur du FMI sur son blog. "DSK n'est plus candidat à l'élection présidentielle. Il est à terre. Il doit faire face à des attaques de tous côtés. Et le ministre de l'Intérieur en rajoute. Plantant sa petite dague. Pourquoi?", se demande le député socialiste de Paris.

"Claude Guéant en fait trop! Cela finit par être suspect", conclut M.Cambadélis.

Sur France 5, Laurent Fabius a déclaré "qu'un ministre de l'intérieur avait autre chose à faire que de s'occuper des poubelles".

Vous êtes à nouveau en ligne